Cerca

Vatican News
La canonisation de sept nouveaux saints, parmi lesquels Paul VI et Mgr Romero, le 14 octobre sur la Place Saint-Pierre. La canonisation de sept nouveaux saints, parmi lesquels Paul VI et Mgr Romero, le 14 octobre sur la Place Saint-Pierre.  (Vatican Media)

Saints et bienheureux de l’année 2018, une moisson abondante

Dix-neuf cérémonies de béatification se sont déroulées cette année à travers le monde, auxquelles s’ajoute la canonisation de sept nouveaux saints le 14 octobre dernier à Rome. Retour sur les fruits de sainteté de ces derniers mois, signes de la fécondité de l’Église universelle.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

«La sainteté est le visage le plus beau de l’Église», écrit le Pape François dans l’exhortation apostolique Gaudete et Exsultate, publiée le 9 avril dernier. Un texte sur «l’appel à la sainteté dans le monde actuel», dont les cérémonies qui ont émaillé l’année 2018 constituent une illustration édifiante.

Sept nouveaux saints

Commençons par les saints... Le 14 octobre dernier s’est tenue à Rome la messe de canonisation de sept témoins de l’Évangile, d’époques et de conditions bien différentes. Parmi eux, Paul VI, pape de 1963 à 1978, et Mgr Oscar Romero, archevêque de San Salvador en Amérique du Sud, mort en martyr en 1980. Le Pape François a aussi canonisé ce jour-là deux prêtres italiens et deux fondatrices d'ordres religieux, ainsi qu’un orphelin italien, Nunzio Sulprizio, mort à 19 ans au début du XIXe siècle.

D’autres figures exemplaires

La liste des bienheureux fraîchement déclarés est longue. Sans prétendre à l’exhaustivité, citons quelques noms qui concrétisent ces lignes du Pape François:  «Chaque saint est une mission ; il est un projet du Père pour refléter et incarner, à un moment déterminé de l’histoire, un aspect de l’Évangile», écrit-il dans Gaudete et Exsultate. Des personnalités ayant vécu dans des contextes très variés ont été béatifiées cette année pour avoir su répondre pleinement à l’appel de Dieu, parfois jusqu’au martyre : Lucien Botovasoa, laïc décapité à l’âge de 39 ans le 17 avril 1947 à Madagascar; sœur Leonella Sgorbati, assassinée par des islamistes en Somalie le 17 septembre 2006; le jésuite Tiburcio Arnaiz Muñoz, prêtre espagnol décédé au début du 20e siècle; sœur Maria Felicia de Jésus du Saint-Sacrement, carmélite déchaussée paraguayenne, plus connue par son affectueux surnom de «Chiquitunga»; la Slovaque Anna Kolesárová, assassinée le 22 novembre 1944 par un soldat de l’armée soviétique dont elle avait refusé les avances. Et il y en a bien d'autres, notamment des Français...

Plusieurs Français béatifiés

Cette année, la France a offert une vingtaine de ses enfants au contingent des bienheureux de l’Église catholique. D’abord le 10 juin, mère Adèle de Batz de Trenquelléon est béatifiée à Agen par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints. C’est son successeur à ce poste, le cardinal Angelo Becciù, qui se rend à Strasbourg le 9 septembre pour procéder à la béatification de mère Alphonse Marie Eppinger. Puis cap sur Marseille le 30 septembre, où l’abbé Jean-Baptiste Fouque, prêtre engagé dans l'action sociale rejoint lui aussi le rang des bienheureux. C’est enfin de l’autre côté de la Méditerranée, à Oran, qu’a lieu un évènement historique: la béatification des 19 martyrs d’Algérie. Parmi ces martyrs tués entre 1993 et 1996 figurent 16 Français, parmi lesquels les sept moines de Tibhirine, enlevés et assassinés au printemps 1996, ainsi que Mgr Pierre Claverie, ancien évêque d’Oran, sans oublier d’autres prêtres et religieuses de différentes congrégations. Un prêtre belge et deux religieuses espagnoles figurent également parmi ces 19 nouveaux bienheureux.

L’aventure de la sainteté continue !

L’année 2018 a aussi permis de faire avancer de nombreuses causes de béatifications. Par exemple, le 22 décembre dernier, le Pape François a reconnu les vertus héroïques de 11 futurs vénérables, ainsi que le martyre du père Richard Henkes, prêtre allemand mort en haine de la foi (in odium fidei) en 1945 dans le camp de concentration allemand de Dachau. En début d’année, le 27 janvier, le Saint-Père avait aussi reconnu les vertus héroïques de la Française Madeleine Delbrêl, figure du christianisme social. La signature d’un décret établissant les vertus héroïques d’une personne est la dernière étape avant sa béatification. 

En 2019, la famille des bienheureux continuera de s’agrandir, sur la terre comme au ciel. Prochain rendez-vous fixé en Argentine: le prêtre français Gabriel Longueville, l’évêque argentin Enrique Ángel Angelelli, frère Carlos de Dios Murias et Wenceslao Pedernera, assassinés en 1976 sous la dictature militaire, seront béatifiés à La Rioja le 27 avril prochain.

Un peu plus tôt, le 5 février, la cause de béatification du père Pedro Arrupe, ancien préposé général des Jésuites, sera ouverte à Rome, en la cathédrale Saint-Jean-de-Latran. 

Et pour nous ? Écoutons une fois encore le Pape François: «Laisse la grâce de ton baptême porter du fruit dans un cheminement de sainteté. Permets que tout soit ouvert à Dieu et pour cela choisis-le, choisis Dieu sans relâche» (Gaudete et Exsultate).

29 décembre 2018, 18:46