Recherche

Fêtes Liturgiques

Ascension

16 mai ASCENSIONE_BAV_Vat.gr.1162-f.2v_FR.png

L'Ascension est une solennité liturgique commune à toutes les Églises chrétiennes, qui est célébrée le quarantième jour après Pâques. Saint Jean Chrysostome et Saint Augustin en parlent déjà. Mais l’influence décisive pour sa diffusion est probablement due à St Grégoire de Nysse. Comme ce jour tombe un jeudi, dans de nombreux pays, la solennité a été transférée au dimanche suivant. Avec l'Ascension, se conclue la présence du "Christ historique" et commence le temps de l'Église.  

Tout lire...

Pentecôte

23 mai PENTECOSTE_BAV_Vat.sir.559-f.181v_FR.png

La solennité de la Pentecôte est célébrée 50 jours après Pâques : une fête au cours de laquelle on commémore le don de l'Esprit Saint, qui vient assainir la confusion de Babel (cf. Gn 11) : en Jésus, mort, ressuscité et monté au ciel, les peuples arrivent à nouveau à se comprendre dans l’unique langue, celle de l'amour. Dans la première moitié du troisième siècle, Tertullien et Origène parlaient déjà de la Pentecôte comme d'une fête qui suit celle de l'Ascension. Au IVe siècle, la Pentecôte est une fête déjà communément célébrée à Jérusalem, comme retrace le pèlerin Egérie, et elle propose le thème du renouveau opéré dans le cœur des hommes par la venue de l'Esprit. La Pentecôte trouve ses racines dans le peuple juif, avec la fête des Semaines : une fête d'origine agricole célébrant les premiers fruits de la récolte où l’on fêtait la récolte de l'année. Plus tard, les Juifs se souvinrent de la révélation de Dieu à Moïse sur le mont Sinaï avec le don des Tables de la loi, les dix commandements. Ainsi, pour les chrétiens, c’est le moment où le Christ, rentré dans la gloire du Père, se rend présent dans le cœur de l'homme par l'Esprit, loi donnée par Dieu et inscrite dans les cœurs : " L’Alliance nouvelle et définitive est fondée non plus sur une loi écrite sur des tables de pierre, mais sur l’action de l’Esprit de Dieu qui fait toutes choses nouvelles et qui se grave dans des cœurs de chair." (Pape François, Audience générale, 19 juin 2019). À partir de la Pentecôte, commence l'Église et sa mission d'évangélisation.   

Tout lire...

Marie Mère de l'Eglise, lundi de Pentecôte

24 mai MARIA-MADRE-DELLA-CHIESA_Centro-Aletti_Chiesa-S.-Pietro-e-Paolo-Mostar-Bosnia-Erzegovina_F.png

La mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de l'Église nous rappelle comment la maternité divine de Marie s'étend, par la volonté de Jésus lui-même, à la maternité pour tous les hommes et aussi pour l'Église elle-même dans un acte de tutelle. Le pape François, en 2018, a fixé cette mémoire le lundi suivant la solennité de la Pentecôte, jour de la naissance de l'Église. Un titre qui n'est pas nouveau. Déjà saint Jean-Paul II, en 1980, invitait à vénérer Marie comme Mère de l'Église ; et plus tôt encore, Paul VI, le 21 novembre 1964, en conclusion de la troisième session du concile Vatican II, déclarait la Vierge "Mère de l'Église". Et en 1975, le Saint-Siège a proposé une messe votive en l'honneur de la Mère de l'Église, mais elle ne faisait pas partie des mémoires du calendrier liturgique. À côté de ces dates récentes, on ne peut oublier la présence du titre de Marie Mère de l'Église dans la sensibilité de saint Augustin et de saint Léon le Grand ; de Benoît XV et de Léon XIII, jusqu'au pape François qui, le 11 février 2018, 160e anniversaire de la première apparition de la Vierge à Lourdes, dispose de rendre cette mémoire obligatoire.  

Tout lire...

Sainte Trinité, dimanche après la Pentecôte

30 mai SANTISSIMA-TRINITA_Centro-Aletti_Santuario-nazionale-di-san-GPII_Washington_2015_FR.png

La solennité de la Très Sainte Trinité est une fête "théologique", qui vient conclure un parcours liturgique qui a montré l'action du Père, qui a donné son Fils unique Jésus-Christ (Noël), qui a partagé en tout, hormis le péché, notre condition humaine, jusqu'à donner sa vie en mourant sur la croix pour le salut des hommes (Pâques). Il est monté au ciel (Ascension) et a donné le Saint-Esprit (Pentecôte). De cet itinéraire émerge le Dieu qui est Père, Fils et Saint-Esprit, c'est-à-dire le Dieu un et trine, la Sainte Trinité. L'hérésie d'Arius (qui mettait en doute la divinité de Jésus et le lien de la Sainte Trinité), condamnée aux Conciles de Nicée (325, le Credo de Nicée) et de Constantinople (381, le Credo de Nicée-Constantinople) a favorisé en revanche une attention généralisée à la foi en la Trinité, tant dans la prédication que dans la pratique de la piété. Dès le VIIIe siècle, des allusions à la doctrine de la Très Sainte Trinité apparaissent dans la préface liturgique. Vers 800, une messe votive en l’honneur de la Trinité est proposée pour être célébrée un dimanche - une décision contrariée parce que chaque dimanche portait la mémoire de la Trinité - jusqu'en 1334 où le pape Jean XXII introduisit la fête pour toute l'église.   

Tout lire...

Visitation de la Vierge Marie

31 mai VISITAZIONE_MV_Maestro-dellItalia-centrale_sec.-XV_FR.png

Cette fête a été instituée par le pape Urbain VI en 1389, pour obtenir la fin au Grand Schisme par l'intercession de Marie. Elle trouve son origine à Byzance, le 2 juillet, lors de la lecture de l'Évangile de la visite de Marie à Élisabeth, en la fête de la "Déposition dans les Blachernes (basilique) de la Sainte Robe de la Theotokos". Les Franciscains ont adopté cette fête mariale en 1263 et en ont fait la Visitation de Marie. Après la réforme liturgique du Concile Vatican II, la fête fut fixée au 31 mai, à la fin du mois consacré à Marie.  

Tout lire...