Version Béta

Cerca

Vatican News
Un portrait de Mgr Oscar Romero porté par des Salvadoriens, lors d'une marche commémorative de son martyre. Un portrait de Mgr Oscar Romero porté par des Salvadoriens, lors d'une marche commémorative de son martyre.  (AFP or licensors)

La canonisation de Mgr Romero, une fête pour le peuple et l’Eglise salvadoriens

Parmi les sept Bienheureux que le Pape François canonisera ce dimanche place Saint-Pierre, Mgr Oscar Romero est assurément l’une des figures les plus connues. Depuis de longs mois, l’Eglise salvadorienne prépare cet évènement dans un esprit de fête. Ce samedi, chaque paroisse du Salvador organisera des veillées de prière.

Un entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican

A Rome, près de 1 000 Salvadoriens sont attendus place Saint-Pierre, parmi lesquels Cecilia Rivas, dont la guérison miraculeuse a permis cette canonisation. Devant la cathédrale métropolitaire de San Salvador, la cérémonie sera diffusée sur écrans géants. Au moment où le Pape François prononcera la formule de canonisation et le nom de Mgr Romero, des feux d’artifice seront tirés, des ballons seront lâchés et un millier de guitaristes joueront une chanson pour l’évêque martyr, rapporte l’agence Cath.ch. Oscar Romero va devenir le premier saint de l’histoire salvadorienne.

Pour l’actuel archevêque de San Salvador, Mgr José Luis Escobar, cette canonisation est «une grâce attendue depuis longtemps». Avant de s’envoler pour Rome, le cardinal Gregorio Rosa Chavez, évêque auxiliaire de San Salvador (et premier cardinal du pays) a rappelé que la délégation de l’Eglise salvadorienne rencontrera en privé le Pape François et devrait une nouvelle fois l’inviter dans le pays. «Nous espérons qu’il pourra venir avant ou après la Journée mondiale de la jeunesse (JMJ), qui se tiendra au Panama en janvier prochain. Nous lui dirons que nous le voulons avec nous en janvier» a commenté celui qui fut nommé en 1982 à la tête de l’archidiocèse de Salvador, deux ans après l’assassinat de son ami.

Une voix dans un pays meurtri par la violence

Le Salvador a beaucoup souffert de la terrible guerre civile. De 1980 à 1992, plus de 70 000 personnes ont été tuées et un million déplacées. Malgré les accords de paix signés à Chapultepec au Mexique, qui mirent un terme au conflit, le Salvador est encore gangrené par la violence, celle en particulier des bandes criminelles.

La voix de Mgr Romero qui voulait être celle «des sans voix» a donc toujours un fort écho dans le petit pays d’Amérique centrale. A l’occasion de la canonisation, le Salvador priera aussi pour que la violence cesse dans le pays. Mgr Romero, qui a toujours lutté contre les récupérations politiques, fut assassiné le 24 mars 1980 par les escadrons de la mort alors qu’il célébrait la messe dans la chapelle de la Divine-Providence, dans la capitale salvadorienne.

Mgr Romero a marqué l’histoire du Salvador et celle de l’Eglise plus largement. Sœur Franca Boetti fait partie de la communauté des petites sœurs de l’Evangile du Père de Foucauld. Elle a vécu 24 ans au Salvador. Arrivée en 1983 dans le pays, elle n’a pas connu personnellement l’archevêque martyr, mais son héritage spirituel résonne de manière particulière dans sa vie. Elle nous fait part de sa joie de voir Mgr Romero canonisé.

Entretien avec Soeur Franca Boetti

 

 

13 octobre 2018, 10:24