Version Béta

Cerca

VaticanNews
Une maison détruite à Ramadi dans le centre du pays. Une maison détruite à Ramadi dans le centre du pays.   (AFP or licensors)

Reconstruire le patrimoine des chrétiens d’Irak

Depuis lundi et jusqu’au mercredi 14, le Koweït accueille une conférence internationale pour la reconstruction de l’Irak. Après trois ans de guerre contre l’organisation État Islamique, le pays est exsangue, il faut maintenant reconstruire le patrimoine matériel et immatériel.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Deux mois après la fin de l’occupation de l’organisation de l’État islamique (EI) en Irak, près de la moitié des Irakiens qui avaient fui la guerre sont maintenant de retour chez eux. Cependant, près de 2,5 millions de civils sont toujours déplacés.

Le chantier titanesque de la reconstruction coûtera 100 milliards de dollars, selon le Premier ministre irakien Haider al-Abadi. Lundi, jour d’ouverture de la conférence, c’est le ministre des affaires étrangères français Jean-Yves le Drian qui s’est rendu au Koweït pour apporter son soutien à l’Irak.

Une reconstruction matérielle et immatérielle

 Les chrétiens d’Irak figurent parmi les premières victimes de la guerre de l’EI. Ils seraient aujourd’hui entre 300 000 et 400 000 dans le pays. L’association Fraternité en Irak vient en aide aux minorités religieuses dans le nord du pays, et aux chrétiens de la plaine de Ninive en particulier, dont le patrimoine est en grande partie détruit. 

Alors que certains de ces chrétiens reviennent au pays, il est maintenant temps de s’atteler à la reconstruction des habitations et celle du patrimoine religieux, nous explique Faraj Benoit Camurat, directeur général de Fraternité en Irak.

Entretien avec Faraj Benoit Camurat, directeur général de Fraternité en Irak

Par ailleurs, le Pape François a concélébré la messe du 13 février avec le patriarche de l'Eglise grecque-melkite, Joseph Absi, en l’honneur des chrétiens d’Orient. «Nous offrons cette messe pour les chrétiens» du Moyen-Orient, «peuple crucifié comme Jésus», a affirmé le pontife.

13 février 2018, 12:53