Recherche

Un enfant déplacé de la partie occidentale du Tigré dans un bidonville de la capitale du Tigré, Mekele, le 24 février 2021. Un enfant déplacé de la partie occidentale du Tigré dans un bidonville de la capitale du Tigré, Mekele, le 24 février 2021.   (AFP or licensors)

Le Bambino Gesù soutient un couloir humanitaire pour les enfants malades d’Éthiopie

La présidente de l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù, Mariella Enoc, a rejoint mercredi 15 décembre le projet humanitaire «Moi j’aime l’Éthiopie», promu par la Société Saint-Vincent-de-Paul, comprenant l’ouverture d’un couloir humanitaire pour les enfants malades d’Éthiopie. Ces derniers pourront ainsi être soignés en Italie. Les bénévoles vincentiens s'occupent du transport et de l'accueil des malades.

Le premier enfant éthiopien atteint d’un cancer est sur le point d’arriver en Italie grâce au couloir humanitaire ouvert par le Bambino Gesù et la Société Saint-Vincent-de-Paul.

Les deux institutions partenaires évoquent dans un communiqué «le massacre silencieux» qui a lieu en Éthiopie du fait de la guerre en cours entre l'armée fédérale et le Front populaire de libération du Tigré (TPLF).

Présentes sur place, les Filles de la Charité (missionnaires religieuses appartenant à la Famille vincentienne) ont pour objectif de répondre à l'état d'urgence, à la prévention du trafic de vies humaines et aux besoins urgents des enfants et des adolescents, y compris les handicapés, les plus pauvres et les plus nécessiteux, ressentant le devoir moral de tout faire pour protéger leur vie et le respect de la dignité humaine comme valeur unique et inviolable.

 

«La Société de Saint-Vincent-de-Paul ouvre ainsi ce nouveau corridor humanitaire qui permettra de soigner en Italie les enfants dont les conditions sont trop graves pour être traitées dans une Éthiopie déchirée par les conflits. Nous répondrons aux demandes d'aide, par une campagne nationale de sensibilisation et de collecte de fonds, afin de couvrir tous les coûts nécessaires pour aider les enfants éthiopiens», explique Antonio Gianfice, président pour l’Italie de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, citant les paroles du Pape lors du «Moment extraordinaire de prière en temps d’épidémie» le 27 mars 2020: «Nous sommes tous appelés à ramer ensemble car personne n'est sauvé seul».

15 décembre 2021, 13:44