Recherche

Vatican News
Le palais du tribunal du Vatican Le palais du tribunal du Vatican 

Procès de l’IOR: 8 ans et 11 mois de prison pour blanchiment et détournement de fonds

La sentence est tombée ce jeudi 21 janvier, lue par le président du Tribunal de l’État de la Cité du Vatican, Giuseppe Pignatone. Une procédure avait été engagée en mars 2018, après une plainte de l'Institut des œuvres de religion, l’IOR, communément appelé «la banque du Vatican». L'ancien président de l'IOR, Angelo Caloia, et l'ancien avocat, Gabriele Liuzzo, ont été reconnus coupables de blanchiment d'argent, de détournement de fonds et de malversation aggravée. Ils ont également été condamnés à verser une indemnité d'environ 23 millions d'euros.

Alessandro Di Bussolo - Cité du Vatican

Il était 16 heures à Rome ce jeudi 21 janvier lorsque le président du Tribunal de l'État de la Cité du Vatican, Giuseppe Pignatone, a lu la sentence prononcée dans le cadre du procès pour détournement de fonds et blanchiment d'argent contre les dirigeants de l'Institut pour les œuvres de religion (IOR) entre 2001 et 2008.

La sentence condamne le président de l'époque, Angelo Caloia, et son ancien conseiller juridique, l'avocat Gabriele Liuzzo, à 8 ans et 11 mois de prison pour les crimes de blanchiment d'argent, de détournement de fonds et de malversation aggravée.

Outre cela, tout deux devront s'acquitter d'une amende de 12 500 euros. Lamberto Liuzzo, le fils de Gabriele Liuzzo, a lui été condamné pour sa part à cinq ans et deux mois de prison, ainsi qu'à payer une amende de 8 000 euros.

Indemnités de 23 millions d'euros pour l'IOR 

Les trois inculpés ont été interdits à perpétuité d'exercer une fonction publique. Le Tribunal a également ordonné la confiscation des sommes déjà saisies sur leurs comptes courants, et a ordonné l'indemnisation de l'IOR et sa filiale immobilière la Sgir, qui s'étaient constitués parties civiles dans le procès, à hauteur d'environ 23 millions d'euros.

Un procès depuis mars 2018

La procédure judiciaire avait été ouverte en mars 2018, après une plainte du même Institut des œuvres de religion, déposée en juillet 2014 pour des dommages liés à des cessions de biens d'un montant de 57 millions d'euros.

21 janvier 2021, 17:30