Recherche

Vatican News
Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales 

En temps de pandémie, le soutien du Saint-Siège aux Églises orientales

Le dossier des aides extraordinaires fournies par la Congrégation pour les Églises orientales et les organisations de la ROACO a été remis au Pape. Elles concernent les populations et communautés frappées la pandémie.

Davide Dionisi - Cité du Vatican

«Un signe d'espérance en ce moment terrible»: c'est en ces termes que le Cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales, présente le dossier sur les actions caritatives extraordinaires promues par le Dicastère et les Agences de la Roaco (Réunion des œuvres d’aide aux Églises orientales) pour faire face à l'urgence sanitaire. Il a été remis ce lundi 21 décembre au Pape, lors de ses vœux à la Curie romaine.

Synergie entre les agences

Le document indique un montant extraordinaire de 9 574 907, 74 euros, destiné, selon les besoins, à l'Arménie, au Belarus, à la Bulgarie, à l'Égypte, à l'Érythrée, à l'Éthiopie, à la Géorgie, à la Grèce, à la Terre Sainte (Palestine, Israël, Jordanie et Chypre), à l'Inde, à l'Iran, à l'Irak, au Kazakhstan, au Liban, à la Macédoine, à la Pologne, à la Roumanie, à Sarajevo, à la Syrie, à la Turquie et à l'Ukraine. «C’est un effort de la congrégation et de toutes les agences qui aident nos églises en ce moment. Il s'agit d'une symbiose authentique, d'une synergie, d'une syntonie exceptionnelle de ces agences unies par une même conscience: ensemble, nous pouvons sortir de cette situation», note le cardinal Sandri.

Ne pas laisser les personnes souffrantes seules en temps de pandémie

La Congrégation a accepté l'invitation du Saint-Père à ne pas laisser les personnes souffrantes seules pour faire face à l'urgence mondiale causée par la pandémie. C’est à cette fin que le Fonds d'urgence de la CEC (Congrégation pour les Églises Orientales) a été créé, avec la collaboration de la Cnewa (Catholic Near East Welfare Association) et de la Mission Pontificale pour la Palestine, en lien constant avec les autres agences qui composent la ROACO. «Nos efforts se sont surtout concentrés sur les projets destinés à l'Europe de l'Est, au Moyen-Orient et à l'Inde», explique le préfet. «En ce qui concerne l'Afrique, une grande attention a été portée à l'Éthiopie et à l'Érythrée. Mais notre soutien n'a jamais manqué pour d'autres régions du monde en difficulté. Les engagements pris en ce moment en Syrie et au Liban restent extrêmement importants pour nous, sans oublier ce qui a été fait en Égypte, en Irak, en Terre Sainte et d'une manière particulière en Palestine. Nous avons là l'Université de Bethléem qui est un établissement de grande importance pour l'accomplissement du chemin de fraternité que le Pape François a recommandé dans son encyclique Fratelli Tutti».

Les aides auxquelles on ne s’attend pas

Malgré l'incertitude économique, des aides ont afflué du monde entier et de tus les milieux. «Je tiens à souligner que derrière nous se trouvent tous ceux qui font généreusement de leur mieux pour aider. Je tiens à signaler ces personnes qui, bien qu'elles ne disposent pas de grandes ressources, dans leur pauvreté, ont pu, avec une grande dignité, offrir une contribution à leurs frères et sœurs dans le besoin», tient à préciser le cardinal argentin.

Un signal fort en vue du voyage apostolique en Irak

Vivre la charité et la justice avec élan et détermination: tel était l’objectif commun qui a réuni des organisations telles que Caritas Internationalis, Catholic Relief Services, Missio-München, Kirche in not, Kindermissionwerk, Renovabis et l'IEC. Dans le classement spécial des fonds alloués, la Terre Sainte se distingue en première place, avec 3 419 158,86 €, suivie de la Syrie avec 1 266 881,51 € et de l'Inde avec 1 147 880,55 €. Des contributions substantielles ont également été versées au Liban (994 424,53 euros), à l'Éthiopie (817 180,34 euros) et à l'Irak (476 153,61 euros).

Pour ce dernier, le signal envoyé est très fort, se réjouit le cardinal Sandri qui rappelle le prochain voyage apostolique du Saint-Père, du 5 au 8 mars prochains. «Nous espérons que ce soit une visite de paix, de fraternité, d’espérance dans un monde si difficile à vivre à cause des guerres, des conflits, des persécutions et du terrorisme», conclut le préfet de la Congrégation romaine.

22 décembre 2020, 15:29