Cerca

Vatican News
Investigations dans le cimetière teutonique au Vatican. Investigations dans le cimetière teutonique au Vatican.  (ANSA)

Exhumations en cours au cimetière teutonique du Vatican

Les tombes de deux princesses ont été ouvertes pour analyser les restes et vérifier l'hypothèse qu'elles pourraient contenir les restes d'Emanuela Orlandi.

ANDREA TORNIELLI - Cité du Vatican

C'est à 8h15 ce jeudi 11 juillet, après une prière de Mgr Hans-Peter Fischer, Recteur du cimetière teutonique situé à l’intérieur du Vatican, qu'ont débuté les opérations d'ouverture des tombes de deux princesses pour des vérifications liées au dossier sur la disparition d'Emanuela Orlandi, la fille de quinze ans d'un employé du Vatican disparue mystérieusement dans le centre de Rome dans l'après-midi du 22 juin 1983. Grâce au travail du Corps de la Gendarmerie du Vatican, toutes les précautions ont été prises pour assurer le bon déroulement de la procédure, dans le respect de la vie privée des familles concernées, le caractère sacré du lieu, le secret de l'enquête ainsi que toutes les garanties aux parties. La zone a été couverte de gazebos, pour la protéger des orages et pour plus de confidentialité.

«Il n'est pour l'instant pas possible de prévoir, le temps qu'il faudra pour mener à bien ces opérations, qui emploient une quinzaine de personnes», a déclaré le directeur par intérim du Bureau de presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti. Le personnel de la ‘Fabbrica di San Pietro’ est chargé de l'ouverture et de la fermeture des tombes, tandis que le professeur Giovanni Arcudi, assisté de son équipe, est chargé du prélèvement des restes osseux, en présence d’experts nommés par l'avocat de la famille d'Emanuela Orlandi. Le promoteur de justice du Tribunal d'État de la Cité du Vatican, Gian Piero Milano, et son adjoint Alessandro Diddi, ainsi que le commandant du Corps de la Gendarmerie du Vatican, Domenico Giani, sont également présents.

Comme l'indique le décret du promoteur de justice de l'État de la Cité du Vatican, les opérations concernent le «Tombeau de l'Ange» dans lequel repose la princesse Sophie Von Hohenlohe et la tombe adjacente dans laquelle repose la princesse Charlotte Federica de Mecklembourg. Bien que la tombe indiquée par l'avocat de la famille Orlandi, Laura Sgrò, soit en fait celui où l'ange tient dans ses mains un livre ouvert avec l'inscription «Requiescat in pace», le promoteur de justice - s'agissant deux tombes proches l'une de l'autre, avec des niches similaires - a demandé l'ouverture des deux sépultures afin d'éviter tout malentendu sur la tombe impliquée.

En ce qui concerne la vérification des ossements retrouvés, ils seront analysés et étudiés par le professeur Arcudi et son équipe, selon des protocoles internationalement reconnus. Il s'agit dans un premier temps d'examens morphologiques. Ensuite, les résultats seront envoyés en laboratoire pour une enquête génétique médico-légale : l'examen de l'ADN devrait permettre d'obtenir la certitude de leur attribution.

11 juillet 2019, 10:38