Cerca

Vatican News
La Valle de los Caïdos, lieu actuel de sépulture de Francisco Franco. La Valle de los Caïdos, lieu actuel de sépulture de Francisco Franco.   (AFP or licensors)

Exhumation de Franco: le Saint-Siège rappelle sa position

Répondant aux questions des journalistes, le directeur ad interim du Bureau de presse du Saint-Siège a clarifié les récentes déclarations de Mgr Fratini, ancien nonce en Espagne sur l’exhumation de Franco. Alessandro Gisotti rappelle d’ailleurs que la position du Saint-Siège sur le sujet a déjà été exprimée par le cardinal Secrétaire d’État, Pietro Parolin.

«À l’occasion du départ définitif de l’Espagne de Mgr Renzo Fratini, après la conclusion de son mandat, nous soulignons que ses récentes déclarations sur la question de l’exhumation des restes de Francisco Franco ont été exprimées à titre personnel. Rappelons en outre que l’ancien nonce en Espagne a déjà démenti, par voie de presse, toute intention d’émettre un jugement sur des questions de politique interne». C’est la réponse du directeur ad interim du Bureau de presse du Saint-Siège à plusieurs questions de journalistes.

Franco, qui a dirigé l’Espagne pendant 36 ans, est actuellement enterré dans la Valle de los Caïdos (littéralement, la vallée de ceux qui sont tombés au combat) monument national qu’il avait lui-même commandé pour rendre hommage aux combattants nationalistes morts durant la guerre civile (1936-1939). Le 4 juin dernier, la Cour suprême a décidé de suspendre l’exhumation des restes de l’ancien dictateur, le temps d’examiner le recours déposé par sa famille qui s'oppose farouchement à cette décision et a été sommée de proposer un autre lieu de sépulture.

En août 2018, le gouvernement socialiste avait en effet approuvé un décret ouvrant la voie à une exhumation des restes de l’ancien «Caudillo». Il proposait même un lieu: le cimetière d’El Pardo, situé en périphérie de Madrid, où repose la femme de Franco, et qui garantissait, selon lui, des conditions de dignité et de respect.

«Rappelons encore une fois, poursuit Gisotti dans sa déclaration, que la position du Saint-Siège sur cette affaire de l’exhumation de Franco est claire, qu’elle a déjà été exprimée officiellement dans la lettre que le Secrétaire d’État, le cardinal Parolin, a envoyée en février dernier à la vice-présidente de gouvernement espagnol, Carmen Calvo, et ultérieurement rappelée par le secrétaire général de la Conférence épiscopale espagnole. Une telle position se base sur le plein respect de la souveraineté de l’État espagnol et de sa structure juridique».  

En octobre dernier, le Bureau de presse du Saint-Siège avait fait savoir, après la rencontre entre le Secrétaire d’État et Carmen Calvo, que «le cardinal ne s’opposait pas à l’exhumation de Francisco Franco, si elle était décidée par les autorités compétentes, mais qu’il ne s’était à aucun moment prononcé sur un lieu de sépulture». 

18 juillet 2019, 14:05