Recherche

Vatican News
Le Pape François au Festival des familles, inaugurant le 22 juin 2022, la Xe Rencontre mondiale des familles à Rome. Le Pape François au Festival des familles, inaugurant le 22 juin 2022, la Xe Rencontre mondiale des familles à Rome.   (Vatican Media)

Le Pape invite les familles à vivre les yeux tournés vers le Ciel

Entremêlant ses propos de quelques témoignages, le Pape a souligné combien les familles ont une mission à remplir dans le monde, mercredi 22 juin, lors du Festival des familles organisé à Rome pour inaugurer la 10ème Rencontre mondiale des familles. François a exhorté les familles à marcher ensemble: «Ensemble en tant qu'époux, ensemble avec les autres familles, ensemble avec l'Église».

Amedeo Lomonaco - Cité du Vatican

Le Festival des Familles est «une partition» où s’alternent musique, expériences de vie, espaces de réflexion et de prière. En ouvrant la 10e Rencontre mondiale des familles, le Saint-Père a exhorté les familles à se laisser transformer par le Seigneur, à «vivre les yeux tournés vers le ciel», à affronter les travaux et les joies de la vie "en regardant toujours vers le haut, depuis le toit», comme le disaient les bienheureux Maria et Luigi Beltrame Quattrocchi, parrains de cette édition, à leurs enfants.

Le Souverain pontife s'est adressé aux familles présentes dans la salle Paul VI, dont une originaire de l'Ukraine, et à celles dispersées dans toutes les régions de la planète. Rome est le lieu principal, mais c'est le monde entier qui écoute, partageant ses angoisses et ses espérances. Après les témoignages de quelques familles qui ont servi «d'amplificateurs» aux expériences de tant d'autres, le Pape a partagé cet encouragement:

«Partez de votre situation réelle et, à partir de là, essayez de marcher ensemble: ensemble en tant que conjoints, ensemble dans votre famille, ensemble avec d'autres familles, ensemble avec l'Église. Je pense à la parabole du bon Samaritain, qui rencontre un homme blessé dans la rue, s'approche de lui, le prend en charge et l'aide à poursuivre son chemin. Je voudrais que l'Église soit exactement cela pour vous! Un bon samaritain qui se rapproche de vous et vous aide à poursuivre votre chemin et à faire "un pas de plus", aussi petit soit-il.»

 

François, en se référant aux témoignages de cinq familles, entendus précédemment, indique ces «pas supplémentaires» à faire ensemble.

Un pas de plus vers le mariage

L'amour conjugal n'est pas un chemin à parcourir seul, mais ensemble avec le Seigneur. Rappelant l'expérience de Luigi et Serena et leur peur de se marier, le Pape a souligné que «la vie familiale n'est pas une mission impossible».

«Nous pouvons dire que, lorsqu’ un homme et une femme tombent amoureux, Dieu leur fait un cadeau: le mariage. Un don merveilleux, qui a, en soi, la puissance de l’amour divin: fort, durable, fidèle, capable de se relever après chaque échec ou fragilité. Le mariage n’est pas une formalité à remplir. On ne se marie pas pour avoir "l’étiquette" de catholiques, pour obéir à une règle, ou parce que l’Église le dit; on se marie parce que l’on veut fonder le mariage sur l’amour du Christ, qui est solide comme un roc», a relevé François.

Un pas de plus pour embrasser la Croix

Tout le monde peut emprunter le chemin de la sainteté. Au témoignage des parents de Chiara Corbella, dont le témoignage de foi profonde a conduit en 2018 à l'ouverture de la cause de béatification, François juxtapose un chemin, celui de la Croix, qui peut ouvrir des fenêtres sur l'éternité.

Vous nous avez parlé de la croix, qui fait partie de la vie de chaque personne et de chaque famille. Et vous avez témoigné que la dure croix de la maladie et de la mort de Claire n’a pas détruit votre famille et n’a pas éliminé de vos cœurs la sérénité et la paix. On le voit aussi dans vos regards. Vous n’êtes pas des personnes abattues, désespérées et en colère contre la vie. Au contraire! On perçoit en vous une grande sérénité et une grande foi. Vous avez dit: "La sérénité de Claire nous a ouvert une fenêtre sur l’éternité". Voir la manière dont-elle a vécu l’épreuve de la maladie vous a aidés à lever les yeux et à ne pas rester prisonniers de la douleur, mais à vous ouvrir à quelque chose de plus grand : les desseins mystérieux de Dieu, l’éternité, le Ciel.

Un pas de plus vers le pardon

Le pardon guérit toutes les blessures. Le couple Paul et Germaine, originaire de la République démocratique du Congo, a ensuite raconté la crise qu'il a vécue dans son mariage: «le manque de sincérité, l'infidélité, l'abus d'argent, les idoles du pouvoir et de la carrière, le ressentiment croissant et l'endurcissement du cœur». «Voir une famille se briser, dit le Pape, est un drame qui ne peut laisser indifférent. Mais l'histoire de ces deux jeunes mariés est porteuse d'espérance».

«Personne ne veut un amour “à court terme” ou “à durée déterminée”. Et c’est pourquoi l’on souffre beaucoup lorsque les manquements, les négligences et les péchés humains font échouer un mariage. Mais, même au milieu de la tempête, Dieu voit ce qu’il y a dans le cœur.», a-t-il relevé.

Un pas de plus vers l'hospitalité

La dynamique de l'accueil se vit dans la famille. «Une société deviendrait froide et invivable sans l'accueil des familles», a observé le Pape. Dans le témoignage d'Iryna et de sa fille Sofia, qui ont fui la guerre en Ukraine et ont été accueillies par une famille, se reflètent «les visages et les histoires de tant d'hommes et de femmes qui ont dû fuir leur terre».

Un pas de plus vers la fraternité

Dans la famille, nous apprenons à être frères et sœurs. Le témoignage de Zakia Seddiki, veuve de l'ambassadeur Luca Attanasio tué en 2021 au Congo, témoigne d'un amour authentique qui reste toujours vivant. «En Zakia et Luca, dit le Pape, nous trouvons la beauté de l'amour humain, la passion pour la vie, l'altruisme et aussi la fidélité à sa propre croyance et à sa tradition religieuse, source d'inspiration et de force intérieure».

«L’idéal de la fraternité s’exprime dans votre famille. En plus d’être mari et femme, vous avez vécu comme des frères en humanité, comme des frères dans diverses expériences religieuses, comme des frères dans l’engagement social. Cela aussi est une école qui s’apprend en famille. En vivant avec celui qui est différent de soi, on apprend dans la famille à être frères et sœurs. On apprend à dépasser les divisions, les préjugés, les fermetures et à construire ensemble quelque chose de grand et de beau, à partir de ce que l’on a en commun. Des exemples vécus de fraternité, comme celui de Luca et Zakia, nous donnent de l’espérance et nous font regarder avec plus de confiance notre monde déchiré par les divisions et les inimitiés. Merci pour cet exemple de fraternité !», a lancé le Souverain pontife.

Les paroles du Pape ont été précédées d'une allocution de salutation du cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie. La famille, a déclaré le cardinal, est «la jonction des défis et des problèmes qui, dans la vie quotidienne des fiancés, des époux et des enfants, semblent parfois insurmontables». C'est précisément cette réalité «que l'Église veut prendre en charge, avec courage, miséricorde et sollicitude maternelle».

22 juin 2022, 18:46