Recherche

Vatican News
Le Pape posant avec le P. Lombardi et les lauréats 2020 et 2021 du prix Ratzinger. Le Pape posant avec le P. Lombardi et les lauréats 2020 et 2021 du prix Ratzinger.  (Vatican Media)

Remise du prix Ratzinger : François exprime son affection pour Benoît XVI

Ce samedi 13 novembre, en la Salle Clémentine du Palais apostolique, le Pape François a reçu les membres de la Fondation Joseph Ratzinger-Benoît XVI, présidée par le père Federico Lombardi, afin de remettre le prix Ratzinger aux récipiendaires des éditions 2020 et 2021.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

Le report d’un an de la cérémonie prévue en 2020, en raison du rebond de la pandémie de Covid-19 l’an dernier, a donné l’occasion de rassembler quatre figures majeures de la pensée européenne, dans la filiation intellectuelle et spirituelle du Pape émérite Benoît XVI.

Aux deux lauréats de cette année, la philosophe Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz (spécialiste du lien entre la foi et la raison, un thème cher à Joseph Ratzinger) et le bibliste Ludger Schwienhorst-Schönberger, tous deux de nationalité allemande, s’ajoutaient en effet les lauréats de l’an dernier, le philosophe français Jean-Luc Marion, membre de l’Académie française, et la théologienne australienne Tracey Rowland.

La dynamique de l’esprit humain, une étincelle de Dieu

Dans son discours, le Pape François s’est réjoui de la reprise de cette tradition annuelle de la remise du prix Ratzinger, qui «établit un lien durable, une relation féconde pour la présence et le service de l’Église dans le monde de la culture». Il a souligné que 15 pays apparaissent dans la liste des récipiendaires depuis la création du prix, et que les cinq continents sont représentés, y compris désormais l’Océanie avec la théologienne australienne Tracey Rowland, qui a enfin pu se déplacer à Rome grâce à la récente réouverture des frontières.

«La dynamique de l’esprit humain est vraiment sans frontières dans la connaissance et dans la création. Ceci est un effet de l’étincelle allumée par Dieu dans la personne, faite à son image, capable de chercher et de trouver des significations toujours nouvelles dans la création et dans l’Histoire». Le travail patient des artistes et des penseurs «est un service inestimable pour l’élévation de l’esprit et de la dignité de la personne, pour la qualité des relations dans la communauté humaine, et pour la fécondité de la mission de l’Église.»

Les œuvres des personnalités primées conduisent à «nous sentir fascinés et attirés dans les courants de l’esprit», en se déployant «de la réflexion philosophique sur la religion à l’écoute et à l’interprétation de la Parole de Dieu, du Cantique des Cantiques à la phénoménologie de l’être et de l’amour comme don», a souligné le Pape, faisant allusion aux travaux de Jean-Luc Marion. François a rappelé la filiation entre ces penseurs contemporains et des personnalités aujourd’hui disparues mais qui font encore référence aujourd’hui, comme Romano Guardini, Henri de Lubac, Edith Stein, Emmanuel Lévinas, Paul Ricoeur ou encore Jacques Derrida. «Il nous apprennent à penser pour vivre toujours plus profondément le rapport avec Dieu et avec les autres, pour orienter l’agir humain avec les vertus et surtout avec l’amour».

L’hommage vibrant du Pape régnant au Pape émérite

François a ajouté à cette liste des grandes références de la pensée Joseph Ratzinger lui-même, «un théologien qui a su ouvrir et alimenter sa réflexion et son dialogue culturel vers toutes ces directions ensemble, parce que la foi et l’Église vivent dans notre temps et sont amies de toute recherche de la vérité.» Le Pape a donc profité de la remise du prix pour exprimer à l’égard de son prédécesseur «notre pensée affectueuse, reconnaissante et admirative».

François a rappelé que Benoît XVI, qui a fêté cette année ses 70 ans de sacerdoce, «nous accompagne avec la prière, en tenant son regard continuellement tourné vers l’horizon de Dieu. Il suffit de le regarder pour s’en rendre compte!», s’est ému le Pape, en sortant de son texte.

«Aujourd’hui, nous le remercions en particulier parce qu’il a été aussi en exemple de dévouement passionné à l’étude, à la recherche, à la communication écrite et orale ; et parce qu’il a toujours uni pleinement et harmonieusement sa recherche culturelle avec sa foi et son service à l’Église», a souligné François.

La fécondité intellectuelle et spirituelle de Benoît XVI

Il a aussi remarqué que Benoît XVI avait «continué à étudier et à écrire jusqu’à la fin de son pontificat. Il y a près de dix ans, alors qu’il remplissait ses responsabilités de gouvernement, il s’était engagé à compléter sa trilogie sur Jésus et ainsi à nous laisser un témoignage personnel unique de sa constante recherche du visage du Seigneur. C’est la recherche la plus importante de toutes, qu’il a ensuite continué à faire avancer dans la prière. Nous nous en sentons inspirés et encouragés», a souligné François, assurant de sa prière reconnaissante pour son prédécesseur, qui continue, à 94 ans, à vivre paisiblement dans le monastère Mater Ecclesiae, au cœur des Jardins du Vatican.

Le Pape s’est arrêté sur la devise épiscopale de Joseph Ratzinger, “cooperatores veritatis", des mots qui «expriment le fil conducteur des différentes étapes de toute sa vie, de l’étude à l’enseignement académique, au ministère épiscopal, au service pour la Doctrine de la Foi – auquel il fut appelé par saint Jean-Paul II il y a 40 ans, jusqu’à son pontificat, caractérisé par un magistère lumineux et un indéfectible amour pour la Vérité.»

«Ce sont des paroles dont chacun de nous peut et doit s’inspirer dans son activité et dans sa vie, et que je vous laisse à vous tous, chers amis, comme souhait, ensemble avec ma bénédiction», a conclu le Pape François.

La rencontre avec Benoît XVI

La Fondation Ratzinger a fait savoir que le Pape émérite a personellement reçu les quatre lauréats après qu'ils aient reçu leur prix. La rencontre a duré une heure, dans sa résidence du monastère Mater Ecclesiae, dans les Jardins du Vatican. Accompagnés par le P. Lombardi, et en présence de Mgr Georg Gänswein, chacun a pu expliquer à Benoît XVI son travail et échanger avec lui. L'audience s'est terminée avec la récitation de l'Ave Maria et la bénédiction transmise par le Pape émérite, qui a remis à chacun une médaille et un chapelet.

Les lauréat du prix Ratzinger, en discussion avec Benoît XVI, le 13 novembre 2021.
Les lauréat du prix Ratzinger, en discussion avec Benoît XVI, le 13 novembre 2021.

 

13 novembre 2021, 12:57