Recherche

Vatican News
Un groupe de la Caritas italienne, place Saint-Pierre, dimanche 26 septembre 2021. Un groupe de la Caritas italienne, place Saint-Pierre, dimanche 26 septembre 2021.   (@VaticanMedia)

«Ne fermons pas les portes» à l’espérance des personnes réfugiées, demande François

Après la prière de l’angélus, à l’occasion de la 107ème Journée mondiale du migrant et du réfugié, célébrée par l’Église catholique depuis 2019 chaque dernier dimanche de septembre , François a exhorté à ne pas fermer les portes aux personnes déracinées et à se tenir aux côtés des plus vulnérables.

«Il est nécessaire de marcher ensemble, sans préjugés et sans peur, en se tenant aux côtés des personnes les plus vulnérables : les migrants, les réfugiés, les personnes déplacées, les victimes de la traite et les personnes abandonnées. Nous sommes appelés à construire un monde de plus en plus inclusif qui n'exclut personne.», a rappelé le Pape François dans la foulée de la prière de l’Angélus, dimanche 26 septembre. De nombreuses associations comme la Caritas avait fait le déplacement pour célébrer avec François la Journée mondiale du migrant et du réfugié.

La barque des anges inconscients

Le Souverain Pontife a invité les fidèles à porter leurs regards sur le monument place Saint-Pierre qui représente une longue barque sur laquelle voguent des personnes cherchant refuge, des personnes de toute époque, protégées par les ailes d’un ange. Cette œuvre en bronze, intutilée «Les Anges inconscients», est signée du sculpteur canadien Timothy Schmalz. Inspirée d’un passage de l’épître de saint Paul aux Hébreux, «N’oubliez pas l’hospitalité: elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges», elle est installée depuis septembre 2019.

«Attardez-vous sur le regard de ces personnes, saisissez dans ce regard l'espoir que chaque migrant a aujourd'hui de recommencer à vivre. Allez-y, voyez ce monument. Ne fermons pas les portes à leur espérance», a invité François, le sourire aux lèvres.

Le Saint-Père avait également partagé un message à l’occasion de cette journée, sur le thème « «Vers un nous toujours plus grand». «Nous sommes tous dans le même bateau et nous sommes appelés à nous engager pour qu’il n’y ait plus de murs qui nous séparent, qu’il n’y ait plus les autres, mais un seul nous, aussi grand que toute l’humanité.», avait-il rappelé. La catholicité de l’Église doit être vécue grâce à l’Esprit du Seigneur qui «nous rend capables d’embrasser tout le monde pour faire communion dans la diversité, en harmonisant les différences sans jamais imposer une uniformité qui dépersonnalise», précisait François dans ce message. 

Journée mondiale du migrant et du réfugié

Prière pour les victimes de l’éruption aux Canaries

L’évêque de Rome a également eu une pensée pour les personnes touchées par l’éruption du volcan de l’île de La Palma aux Canaries, «Je pense en particulier à ceux qui ont été contraints de quitter leur foyer».

Selon les dernières données de Copernicus, le système européen de mesures géospatiales, la lave a détruit jusqu'ici 461 bâtiments et recouvert 212 hectares, sur cette île dont la principale activité économique est la culture de bananes. Les deux précédentes éruptions à La Palma ont eu lieu en 1971 et 1949, faisant au total trois morts, dont deux par inhalation de gaz.

Béatification du père Fornasini

Enfin, François a eu un mot pour la béatification du prêtre italien Giovanni Fornasini qui se tient ce dimanche à Bologne en Italie. «Curé zélé dans la charité, il n'a pas abandonné son troupeau pendant la période tragique de la Seconde Guerre mondiale, mais l'a défendu jusqu'au sang», a rappelé le Pape, invitant les fidèles à applaudir le nouveau bienheureux.  

Le père Giovanni Fornasini avait été tué à l'âge de 29 ans en octobre 1944 par des soldats allemands à proximité de Bologne, lors du massacre du Monte Sole, l’un des épisodes les plus sanglants de la Seconde guerre mondiale sur le sol italien. 

26 septembre 2021, 12:49