Recherche

Vatican News
Le président haïtien Jovenel Moïse et son épouse le 12 janvier 2020, lors d'une cérémonie d'hommage à l'occasion du dixième anniversaire du séisme. Le président haïtien Jovenel Moïse et son épouse le 12 janvier 2020, lors d'une cérémonie d'hommage à l'occasion du dixième anniversaire du séisme.  

Les condoléances du Pape François après l’assassinat du président haïtien

Un télégramme de condoléances du Pape, signé par le Cardinal Secrétaire d'État Pietro Parolin, a été adressé au nonce apostolique en Haïti suite à l'assassinat du président Jovenel Moïse. Le Saint-Père y condamne «toute forme de violence comme moyen de résolution des crises et des conflits».

Dans ce télégramme en français publié ce jeudi 8 juillet par le Bureau de presse du Saint-Siège, le Pape François «présente ses condoléances au peuple haïtien et à son épouse, gravement blessée elle aussi, dont il recommande la vie à Dieu». Martine Moïse, grièvement blessée suite à l’attaque menée contre elle et son mari dans la nuit de mardi à mercredi, est actuellement soignée dans un hôpital en Floride.

Le Saint-Père prie également «le Père de miséricorde pour le repos de l’âme du défunt», avant d’exprimer sa «tristesse» et de condamner «toute forme de violence comme moyen de résolution des crises et des conflits». François «souhaite pour le cher peuple haïtien un avenir de concorde fraternelle, de solidarité et de prospérité. En signe de réconfort il invoque l’abondance des Bénédictions divines sur Haïti et tous ses habitants», peut-on lire en conclusion.


Prière et appel au dialogue

Parmi les autres réactions exprimées suite au meurtre du président Jovenel Moïse, signalons celle des évêques haïtiens qui déplorent «un tournant regrettable» de l’histoire du pays, condamnant vivement cet acte et appelant la population à choisir «le vivre ensemble fraternel dans l’intérêt de tous». Sur Twitter, la Conférence des évêques de France rapporte quant à elle un message de son président, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, à Mgr Launay Saturné. «Cher Frère, en ces heures inquiétantes pour votre pays, permettez-moi de vous assurer de la prière toute spéciale des catholiques de France», écrit-il au président de la Conférence des évêques d’Haïti.

Dans ce pays des Caraïbes déjà plongé dans une crise profonde, l’incertitude et la stupeur prévalent suite à l’assassinat du chef de l’État. Quatre «mercenaires» impliqués dans le meurtre ont été tués et deux autres ont été arrêtés, a annoncé mercredi soir la police. L'État de siège a été décrété par le Premier ministre Claude Joseph.


08 juillet 2021, 10:59