Recherche

Vatican News
Réfugiés birmans dans l'État de Karen Réfugiés birmans dans l'État de Karen 

Le Pape demande l’ouverture d’un couloir humanitaire en Birmanie

Le Souverain Pontife s’unit à la voix des évêques birmans qui réclament davantage d’aide pour les populations menacées par la famine.

Au terme de l’Angélus dominical, le Saint-Père a évoqué la situation difficile de la Birmanie, s’associant à l’appel des évêques du pays qui, dans une lettre publiée la semaine dernière, attiraient l’attention du monde sur le sort dramatique de milliers de déplacés internes menacés par la famine. «Nous plaidons pour la mise en place de couloirs humanitaires et pour que les églises, les pagodes, les monastères, les mosquées, les temples ainsi que les écoles et les hôpitaux soient respectés comme des lieux de refuge neutres», peut-on lire dans cet extrait lu par le Pape depuis les fenêtres des appartements pontificaux du Palais apostolique. «Que le cœur du Christ touche le cœur de tous, en apportant la paix à la Birmanie», a conclu François.

Au total, plus de 175 000 personnes ont été déplacées dans les États de Kachin, Karen, Chin, Kayah et Shan depuis le coup d'État militaire du 1er février 2021, selon le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés). Depuis cette date, au moins 860 personnes auraient également été tuées par les forces de sécurité, principalement des militants pro-démocratie, et plus de 4 800 seraient détenus arbitrairement, selon l’AFP. En outre, des milliers de personnes déplacées - en particulier des personnes âgées et des enfants - pourraient mourir dans la jungle, faute de nourriture, d'eau, d'équipements sanitaires ou de soins médicaux.

Beaucoup parmi elles ont trouvé refuge dans les lieux de culte, notamment des églises et des institutions catholiques. Plusieurs d’entre elles ont d’ailleurs été bombardées pour cela.

20 juin 2021, 12:35