Recherche

Vatican News

Proche-Orient: le Pape dénonce la mort «terrible et inacceptable» d'innocents

A l’issue de la prière du Regina Caeli, depuis la fenêtre du palais apostolique, le Saint-Père est revenu sur le conflit entre Israël et la bande de Gaza. Depuis le 10 mai, 174 palestiniens ont été tués, dont 47 enfants, et dix israéliens, dont un enfant.

Marine Henriot – Cité du Vatican

«Je suis avec une grande préoccupation qui est en train de survenir en Terre Sainte», a déclaré le Saint-Père d’un ton grave. «Ces jours-ci, de violents affrontements armés entre la bande de Gaza et Israël se sont installés, et ils risquent de dégénérer en une spirale de mort et de destruction». Depuis lundi dernier, le conflit entre Israël et le mouvement islamiste Hamas au pouvoir dans l'enclave palestinienne sous blocus israélien depuis plus de 10 ans, a déjà fait 184 morts, dont presque 60 enfants, et des milliers de blessés.

«De nombreuses personnes ont été blessées, et de nombreux innocents sont morts, a continué le Pape. Parmi eux se trouvent des enfants, et c'est terrible et inacceptable. Leur mort est le signe que les gens ne veulent pas construire l'avenir, mais veulent le détruire.».

Le conflit déborde également dans plusieurs villes mixtes de l’État hébreu, où s’affrontent des juifs extrémistes, les forces de l’ordre et jeunes arabes d’Israël. «La montée de la haine et de la violence qui touche différentes villes d'Israël est une grave blessure à la fraternité et à la coexistence pacifique entre les citoyens, qui sera difficile à guérir si nous ne nous ouvrons pas immédiatement au dialogue. Je me demande : où mèneront la haine et la vengeance? Pensons-nous vraiment que nous pouvons construire la paix en détruisant l'autre ?», s’est questionné François.

Appel au calme et prière pour les enfants

«Au nom de Dieu "qui a créé tous les êtres humains égaux en droits, en devoirs et en dignité, et les a appelés à vivre ensemble comme des frères et des sœurs entre eux" (cf. Document sur la fraternité humaine), je lance un appel au calme et, à ceux qui en ont la responsabilité, à cesser le fracas des armes et à emprunter les chemins de la paix, également avec l'aide de la communauté internationale», a ensuite exhorté François, avant d’ajouter prier «sans cesse», «pour qu'Israéliens et Palestiniens trouvent le chemin du dialogue et du pardon, pour être de patients bâtisseurs de paix et de justice, s'ouvrant, pas à pas, à une espérance commune, à une coexistence entre frères.» 

«Prions pour les victimes, en particulier les enfants», a conclu le Saint-Père.

Samedi 15 mai, dix Palestiniens, parmi lesquels huit enfants d'une même famille, ont péri dans une frappe israélienne sur un camp de réfugiés de Gaza. Un Israélien a, dans la foulée de la frappe, été tué dans la banlieue de Tel-Aviv dans l'explosion de roquettes tirées par le Hamas. Plus tard dans la même journée, un immeuble de 13 étages qui abritait notamment les équipes de la chaîne d'information qatarie Al-Jazeera et l'agence de presse américaine Associated Press (AP) a été pulvérisé par des frappes israéliennes.

Ces violences sont les plus meurtrières depuis la guerre de l'été 2014, et ce conflit asymétrique ne semble connaitre aucun répit. Une réunion du Conseil de Sécurité des Nations unies est prévue ce dimanche après-midi, et les États-Unis ont envoyé un émissaire sur place pour tenter de mettre en place des pourparlers. De son côté, l’Union européenne a annoncé tenir mardi une réunion de ses ministres des Affaires étrangères.

Dimanche 9 mai, François avait déjà appelé à la fin des violences à Jérusalem.


16 mai 2021, 12:48