Recherche

Vatican News
Le Pape François et Abdullah Kurdi, à la fine de la messe à Erbil Le Pape François et Abdullah Kurdi, à la fine de la messe à Erbil 

François rencontre le père du petit Alan Kurdi

Une rencontre émouvante s’est déroulée à Erbil à la fin de la messe, entre le Pape et le père d'Alan Kurdi, l'enfant syrien d'origine kurde mort dans le naufrage de son embarcation de fortune, avec sa mère et son frère, sur les côtes turques en septembre 2015 et dont la photo avait fait le tour du monde en secouant les consciences de beaucoup.

Andrea De Angelis, Jean Charles Putzolu - Cité du Vatican

Le Pape s’est entretenu longuement avec le père du petit Alan. Aidé par un interprète, il a écouté la douleur de cet homme déchiré par la perte de sa famille, et a exprimé sa participation profonde et celle du Seigneur à la souffrance de l'homme. Abdullah Kurdi a exprimé sa gratitude à François pour ses paroles de proximité lors de la tragédie et son attention à l’égard de tous les migrants qui cherchent la compréhension, la paix et la sécurité en quittant leur pays au risque de leur vie. Au terme de l'entretien, Abdullah Kurdi a offert au Souverain Pontife une peinture représentant son fils inanimé sur la plage de Bodrum.

Abdullah Kurdi offre au pape François une peinture représentant le petit Alan gisant sur la plage
Abdullah Kurdi offre au pape François une peinture représentant le petit Alan gisant sur la plage

Alan Kurdi aurait huit ans aujourd’hui. Son père est marqué à jamais par l’image restée dans l’esprit de tous, il y a cinq ans, de ce petit garçon de trois ans en T-shirt rouge et short bleu, sans vie, allongé sur une plage, restitué par les vagues d'une mer qui l’a arraché à l’espoir d'un avenir meilleur. Une photo dramatique, qui à la fin de l'été 2015 a secoué les consciences sur tous les continents.

Les faits

Alan et sa famille Syrienne d'origine kurde, se trouvaient à bord d'un petit canot pneumatique qui a chaviré peu après avoir quitté Bodrum, en Turquie. Une vingtaine de personnes étaient à bord, avec pour objectif d'atteindre les côtes de l'île grecque de Coo à environ 4 kilomètres de la Turquie. La traversée, la nuit du 2 septembre 2015 aura finalement mal tourné. Le lendemain matin, les autorités turques reçoivent des informations selon lesquelles plusieurs corps gisent à terre. Le corps de petit Alan a été découvert par un employé d’un hôtel non loin de la plage turque. Aidé d’un autre homme, il déplace les corps sur la plage pour éviter qu'ils ne soient emportés par les vagues. Vingt-quatre heures plus tard, le petit garçon est enterré avec sa mère Rehana et son frère Galib, un peu plus âgé que lui, également victimes du naufrage. Une famille détruite.

Alan Kurdi, retrouvé sur une plage de Turquie en 2015 (dessin de Lukesure)
Alan Kurdi, retrouvé sur une plage de Turquie en 2015 (dessin de Lukesure)

La photographie

L'enfant a été photographié par la journaliste turque Nilüfer Demir. La tante d'Alan, Tima Kurdi, a eu ce commentaire en voyant la photo: «Il y a quelque chose dans cette image. Dieu a allumé la lumière sur elle pour réveiller le monde». La photo a fait le tour du monde, entrant dans chaque foyer, ouvrant une fenêtre sur la douleur de tant de migrants. Au cours des mois qui suivirent, le corps sans vie d'Alan, gisant sur la plage, a été représenté par des artistes de tous les continents pour entretenir sa mémoire vivante.

Les paroles de François

Quelques jours après le drame, lors de la prière de l'Angélus, le dimanche 6 septembre 2015, le Pape a lancé un appel vibrant pour l'accueil des réfugiés: «Face à la tragédie de dizaines de milliers de réfugiés qui fuient la mort, à cause de la guerre et de la faim, et sont en marche vers une espérance de vie, l’Évangile nous appelle, nous demande d’être proches des plus petits et des laissés-pour-compte, à leur donner une espérance concrète. Leur dire : ‘courage, patience !...‘ ne suffit pas. L’espérance chrétienne est combattive, avec la ténacité de celui qui avance vers une destination sûre. Ainsi, en vue du jubilé de la miséricorde, je lance un appel aux paroisses, aux communautés religieuses, aux monastères et aux sanctuaires de toute l’Europe à manifester l'aspect concret de l’Évangile et accueillir une famille de réfugiés. Un geste concret pour préparer l’année sainte de la miséricorde. Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d’Europe héberge une famille, à commencer par mon diocèse de Rome».

Le don à la FAO

Le 16 octobre 2017, à l’occasion de sa visite au siège de la FAO à Rome, le pape François s'est arrêté brièvement dans l'atrium du bâtiment où une sculpture en marbre représentant le petit Alan a été placée. Cette statue, offerte par le Saint-Père à la FAO, est une œuvre en marbre blanc de Carrare de l'artiste italien Luigi Prevedel. Elle représente l'enfant syrien sans vie sur la plage, avec un ange bouleversé et en larmes à ses côtés.

07 mars 2021, 17:00