Recherche

Vatican News
Partition de chant grégorien. Partition de chant grégorien.  

Le Pape fait l’éloge de la musique comme puissance harmonieuse

Dans un message aux participants du 4ème Congrès international sur la musique, organisé par le Conseil Pontifical pour la Culture en collaboration avec l'Institut pontifical de Musique sacrée et l'Institut liturgique pontifical de l'Ateneo Sant'Anselmo, le Pape François invite les musiciens à poursuivre leur art, en résonance avec la Parole divine, jeudi 4 février.

Le Pape François a d’emblée souligné l’importance de la musique dans la liturgie et l’évangélisation. Dans le livre du prophète Isaïe, nous trouvons cette exhortation: «Chantez au Seigneur un nouveau chant, Louez-le des extrémités de la terre» (Is 42,10).

La Bible inspire la musique

Comme on le sait, la Bible a inspiré d'innombrables expressions musicales, y compris des pages fondamentales de l'histoire de la musique, relève le Saint-Père, pensant au chant grégorien, à Palestrina (ndlr, compositeur italien de la Renaissance), à Bach...  «La Bible a inspiré une grande variété de compositions sur les cinq continents, et divers compositeurs contemporains ont également traité des textes sacrés», observe l’évêque de Rome.

Ainsi selon le Pape, de nombreuses communautés ecclésiales, au cours des dernières décennies, ont pu interpréter ces textes à la fois en suivant les nouvelles formes musicales et en valorisant l'héritage ancien. «En effet, le patrimoine musical de l'Église est très varié et peut soutenir non seulement la liturgie mais aussi les représentations en concert, dans les écoles et la catéchèse, et même au théâtre», affirme le Souverain pontife.  

Une créativité musicale affaiblie par la pandémie

Dans ce message aux participants du Congrès, le Pape tourne aussi ses pensées vers tous ceux dont l’activité musicale a été réduite de par le monde, du fait de la pandémie de Covid-19. «Aux musiciens, qui ont vu leur vie et leur profession perturbées par les exigences de distanciation; à ceux qui ont perdu leur emploi et leurs contacts sociaux. Beaucoup ont consacré des efforts importants pour continuer à offrir un service musical doté d'une nouvelle créativité», soutient François louant «un engagement valable non seulement pour l'Église, mais aussi pour l'horizon public, pour le "réseau" lui-même, pour ceux qui travaillent dans les salles de concert et autres lieux où la musique est au service de la communauté». 


De ce fait, le Pape espère «que cet aspect de la vie sociale pourra également renaître, que nous pourrons à nouveau chanter et jouer et apprécier la musique et chanter ensemble».

Miguel de Cervantes, dans Don Quichotte, disait: "Donde hay música, no puede haber cosa mala" (deuxième partie, vers 34): «Là où il y a de la musique, il ne peut y avoir rien de mauvais». De nombreux textes et compositions, par la puissance de la musique, stimulent la conscience personnelle de chacun et créent également une fraternité universelle, estime donc François, expliquant toute la valeur du silence et de la pause en musique.

La Parole, source de sens

«L'alternance entre le son et le silence est fructueuse et permet l'écoute, qui joue un rôle fondamental dans tout dialogue. Chers musiciens, le défi commun est de s'écouter les uns les autres. Dans la liturgie, nous sommes invités à écouter la Parole de Dieu. Le mot est notre "texte", le texte principal ; la communauté notre "contexte"», déclare le Pape, précisant: «La Parole est la source du sens, elle illumine et guide le chemin de la communauté.»

Ainsi, pour le Successeur de Pierre, la musique aussi peut aider les textes bibliques à «parler» dans des contextes culturels nouveaux et différents, «afin que la Parole divine puisse effectivement atteindre les esprits et les cœurs».

Le Pape a souhaité souligner aussi combien des récits engageants peuvent émerger au service de l'évangélisation. «En effet, l'expérience intégrale de l'art musical inclut également la dimension de la corporéité».

La fraternité, symphonie divine

Et le Pape de conclure son adresse par une interpellation: «Dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, provoquée par la pandémie, le silence que nous vivons est-il vide ou sommes-nous en train d'écouter? Est-il vide ou est-ce qu'on l'écoute? Permettra-t-on, par la suite, l'émergence d'une nouvelle chanson?»

«Puissent les voix, les instruments de musique et les compositions continuer à exprimer, dans le contexte actuel, l'harmonie de la voix de Dieu, conduisant vers la "symphonie", c'est-à-dire la fraternité universelle», exhorte enfin l’évêque de Rome.


 

04 février 2021, 12:00