Recherche

Vatican News
Le Pape lors de l'angélus le 4 octobre Le Pape lors de l'angélus le 4 octobre 

Angélus : poursuivre les intérêts de Dieu, pas les siens

«L’autorité est un service» «pour le bien de tous» : le Pape François est revenu sur l’épisode des vignerons homicides lors de l’angélus, place Saint-Pierre, ce dimanche 4 octobre. Il a mis en garde contre la tentation pour ceux qui ont une autorité dans le peuple de Dieu de ne servir que leurs propres intérêts au détriment de ceux de Dieu.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

C’est une parabole «très dure» de Jésus que le Pape François a expliquée avant la récitation de la prière de l’angélus. Celle des vignerons homicides qui n’hésitent pas à frapper, à lapider et même à tuer les serviteurs ainsi que le fils du maître de la vigne dont ils avaient soin. La vigne, c’est le peuple de Dieu, les serviteurs sont les prophètes envoyés par Dieu et le fils, c’est Jésus, lui aussi «repoussé et tué». Si Jésus prend la parole et s’adresse aux grands prêtres et aux anciens du peuple, c’est pour les avertir qu’ils sont «sur le point de prendre une mauvaise route». Jésus prévoit en effet sa passion et sa mort.

 

«Jésus place ses interlocuteurs face à leurs responsabilités», et avec une grande clarté, a expliqué François. Et cette mise en garde vaut aussi pour notre époque, a-t-il précisé. «Aujourd’hui aussi Dieu attend les fruits de sa vigne de ceux qu’il y a envoyés à travailler».

Ainsi, «à chaque époque, ceux qui ont une autorité au sein du peuple de Dieu peuvent être tentés de poursuivre leurs propres intérêts et non ceux de Dieu. Mais la vigne est celle du Seigneur, pas la nôtre. L’autorité est un service, et comme tel, il doit être exercer pour le bien de tous et pour la diffusion de l’Évangile», ajoute le Saint-Père. «C’est mal de voir dans l’Église de voir des gens qui recherchent leurs propres intérêts» a-t-il insisté. 

Pour être de bons ouvriers de la vigne du Seigneur, le Pape a rappelé les mots de saint Paul dans la deuxième lecture de la liturgie de ce dimanche. «Ce qui est vrai, noble, juste, pure, digne d’être aimé et honoré ; ce qui est vertu et mérite des éloges» doit être l’objet de notre engagement quotidien. «Nous deviendrons ainsi une Église toujours plus riche des fruits de sainteté, nous rendrons gloire au Père qui nous aime avec une infinie tendresse, au Fils qui continue de nous accorder le salut, à l’Esprit qui nous ouvre le cœur et nous pousse vers la plénitude du bien» a conclu François. 

Il a enfin appelé, en ce mois d'octobre, à renouveler notre engagement de prier le chapelet.

04 octobre 2020, 12:09