Recherche

Vatican News
La crèche installée en salle Paul VI du Vatican, pendant l'audience générale du 18 décembre 2019. La crèche installée en salle Paul VI du Vatican, pendant l'audience générale du 18 décembre 2019.   (Vatican Media)

Audience générale: la crèche est un Évangile vivant et domestique

Dans la frénésie du monde contemporain, la crèche est une invitation à la contemplation. Une semaine avant les célébrations de Noël, le Pape François est revenu sur le sens de la crèche lors de son audience générale donnée en salle Paul VI au Vatican, mercredi 18 décembre.

La crèche est semblable à un Évangile vivant. Devant les fidèles, le Pape a commencé par rappeler sa lettre apostolique Admirabile signum sur la représentation de la Nativité, axée sur le sens de cette tradition.

La crèche apporte l'Évangile dans les lieux où l'on vit: maisons, écoles, lieux de travail et de rencontre, hôpitaux et maisons de retraite, prisons et places, a énoncé le Souverain pontife, ajoutant que «là où nous vivons», elle nous rappelait quelque chose d'essentiel: «Dieu n'est pas resté invisible au ciel, mais il est venu sur terre, s'est fait homme, et enfant».

Célébrer la proximité de Dieu

Ainsi faire la crèche, c'est célébrer la proximité de Dieu, a relevé l’évêque de Rome dans sa catéchèse. Dieu a toujours été proche de son peuple, c'est redécouvrir que Dieu est réel, concret, vivant et palpitant, a-t-il complété. 

 

«Dieu n'est pas un seigneur lointain ou un juge détaché, mais il est un Amour humble, descendu vers nous. L'Enfant dans la crèche nous transmet sa tendresse. Certaines statues représentent l'"Enfant" à bras ouverts, pour nous dire que Dieu est venu embrasser notre humanité. Il est donc bon d'être devant la crèche et d'y confier notre vie au Seigneur, de Lui parler des personnes et des situations qui nous tiennent à cœur, de faire le bilan de l'année qui se termine avec Lui, de partager nos attentes et nos préoccupations».

La crèche, un Évangile domestique

Il s’agit donc d’inviter la Sainte Famille chez soi, où il y a des joies et des préoccupations, où chaque jour nous nous réveillons, mangeons et dormons près de nos proches. Car, estime le Pape, «la crèche est un Évangile domestique».

Le mot crèche signifie en effet littéralement «mangeoire», tandis que la ville de la crèche, Bethléem, signifie «maison du pain».

Et François de poursuivre: «La crèche que nous faisons à la maison, où nous partageons nourriture et affection, nous rappelle que Jésus est la nourriture essentielle, le pain de vie (cf. Jn 6, 34). C'est Lui qui nourrit notre amour, c'est Lui qui donne à nos familles la force d'avancer et de nous pardonner».

Une invitation à la contemplation

La crèche nous offre donc cet autre enseignement de la vie. «Dans les rythmes parfois trépidants d'aujourd'hui, c'est une invitation à la contemplation». Elle nous rappelle l'importance de s'arrêter, car ce n'est que lorsque nous savons nous rassembler que nous pouvons accepter ce qui compte dans la vie, a insisté le Successeur de Pierre. Et ce n'est que si nous laissons le bruit du monde à l'extérieur de nos maisons que nous nous ouvrons à l'écoute de Dieu, qui parle en silence.

Une image artisanale de la paix

La crèche apparaît plus pertinente que jamais, alors que chaque jour de nombreuses armes et images violentes sont fabriquées dans le monde, qui entrent dans les yeux et le cœur. «La crèche, en revanche, est une image artisanale de la paix. C'est pourquoi, elle est un Évangile vivant», en a conclu le Pape.  

La crèche représente ainsi une occasion d’inviter Jésus dans nos vies. Lorsque l’on fait la crèche à la maison, c'est comme si on ouvrait la porte et qu'on disait: «Entre, Jésus! c'est pour concrétiser cette proximité, car s'Il habite notre vie, la vie renaît. Et si la vie renaît, c'est vraiment Noël. Joyeux Noël à tous!», s’est exclamé le Saint-Père. 

18 décembre 2019, 10:54