Version Béta

Cerca

Vatican News
Messe de suffrage pour les cardinaux et évêques décédés ces 12 derniers mois. Messe de suffrage pour les cardinaux et évêques décédés ces 12 derniers mois.  (AFP or licensors)

Pape François: la vie est une préparation à la rencontre avec l'Epoux

Ce samedi 3 novembre, au lendemain de la commémoration des fidèles défunts, le Pape François a présidé une messe de suffrage pour les cardinaux et évêques décédés au cours de ces 12 derniers mois. La célébration eucharistique a eu lieu à l’autel de la chaire, en la Basilique St Pierre.

Le Souverain Pontife a centré son homélie sur la parabole des vierges sages et des vierges insensées (Mt 25), proposé par la liturgie. Ce passage de l’Evangile nous rappelle que la vie est un «appel continuel à sortir» pour aller à la rencontre de l’Epoux, le Christ. Tendre vers cette rencontre ultime et s’y préparer constituent en quelque sorte la trame de notre vie terrestre, son objectif premier. Cela est particulièrement vrai dans le ministère : «le centre ne peut qu’être un cœur qui aime le Seigneur. C’est seulement ainsi que le corps visible de notre ministère sera soutenu par une âme invisible».

Se détacher des apparences mondaines

Cette parabole racontée par Jésus met en scène dix vierges invitées à des noces ; cinq d’entre elles se munissent d’huile de réserve pour leurs lampes. Les cinq autres, insouciantes et étourdies, n’en apportent pas. L’huile est donc l’élément essentiel pour les vierges qui se préparent à la rencontre avec l’époux, relève le Pape qui met en exergue les 3 caractéristiques de la substance au cœur de cette parabole.

L’huile n’est pas voyante, elle est cachée dans de petits vases, mais «sans elle, il n’y a pas de lumière». Cela suggère que devant Dieu, «les apparences ne comptent pas ». Tout ce que le monde glorifie, -les honneurs, la richesse, la puissance-,  passe «sans rien laisser», disparait. Dire non à la «culture du maquillage», se détacher des apparences mondaines s’avèrent indispensables pour se préparer au Ciel.

Se consumer dans le service, alimenter l'amour

Second aspect de l’huile : «elle existe pour se consumer». Ainsi doit-il en être de notre vie : elle n’irradiera que si elle se dépense dans le service aux autres, dans le don et l’amour. Cela est d’autant plus prégnant dans le ministère : «celui qui ne vit pas pour servir ne sert pas la vie», a affirmé le Pape. «Ce qui reste de la vie au seuil de l’éternité, ce n’est pas ce que nous avons gagné, mais ce que nous avons donné».

Troisième et dernière caractéristique : la préparation. L’huile doit être préparée et portée avec soi. De même, l’amour, s’il est spontané, «ne s’improvise pas». L’exemple des vierges imprévoyantes est sur ce point édifiant. Or, nous vivons maintenant le temps crucial des préparatifs : «l’amour doit être alimenté dans le moment présent, jour après jour», à rebours d’une tentation mortifère: celle de «s’aplatir dans une vie sans amour, comme une lampe éteinte». «Les appelés aux noces avec Dieu ne peuvent pas se coucher dans une vie sédentaire, plate et horizontale, qui se poursuit sans élan, cherchant de petites satisfactions et courant après des reconnaissances éphémères », assène le Pape pour qui une vie médiocre, terne, routinière, «qui se contente de faire son devoir sans se donner», n’est pas digne de l’Epoux.

03 novembre 2018, 12:18