Cerca

Vatican News
Le Pape célèbre la messe ce dimanche 23 septembre 2018 à Kaunas, en Lituanie Le Pape célèbre la messe ce dimanche 23 septembre 2018 à Kaunas, en Lituanie  (Vatican Media)

A Kaunas, le Pape plaide pour une Église en sortie

« La vie chrétienne traverse toujours des moments de croix ». Devant des dizaines de milliers de fidèles réunis au parc Santakos de Kaunas, le Pape a évoqué l’occupation et les déportations, des épreuves subies par les Lituaniens qui ont vécu sous les jougs nazi et soviétique. Plutôt que de rechercher le pouvoir et la gloire, refuge de celui qui ne réussit pas à guérir de son histoire, le Pape invite à suivre l’antidote proposée par Jésus : se mettre en sortie pour accompagner les plus faibles.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

Un vent frais soufflait ce dimanche sur le Parc Santakos où des milliers de fidèles attendaient le Pape qui les a salués lors d’un tour de papamobile avant la célébration de la messe, 25 ans après Jean-Paul II, en présence d’une trentaine d’évêques venus de Norvège, de Pologne, de Biélorussie ou de Russie, et évidemment de Lituanie, un pays encore largement catholique contrairement aux deux autres pays baltes que le Saint-Père visitera lors de ce déplacement apostolique, la Lettonie et l’Estonie.

Dans son homélie, le Pape s’est appuyé sur l’Évangile de Saint-Marc (Mc 9, 30-37) pour souligner comment Jésus, en annonçant sa passion, avait souhaité enseigner aux disciples que «la vie chrétienne traverse toujours des moments de croix » qui semblent parfois «interminables».

Ne pas nier son histoire

Le Pape évoque les épreuves traversées par les générations passées en Lituanie : «le temps de l’occupation, l’angoisse de ceux qui étaient déportés, l’incertitude pour ceux qui ne revenaient pas, la honte de la délation, de la trahison». Le Pape sait qu’ils sont nombreux à pouvoir le raconter à la première ou troisième personne. Il sait que nombreux d’entre eux ont «vu vaciller leur foi parce que Dieu n’est pas apparu pour les défendre ; parce que le fait de rester fidèles n’a pas suffi pour qu’il intervienne dans votre histoire». Il évoque la Sibérie, les ghettos de Vilnius ou de Kaunas. «On peut dire à l’unisson avec l’apôtre Jacques (…) ils convoitent, ils tuent, ils envient, ils combattent et ils font la guerre l’œuvre de ceux « ils convoitent, ils tuent, ils envient, ils combattent et ils font la guerre».

Ce dimanche, le Pape a mis en garde contre «le désir de pouvoir et de gloire», «la manière la plus commune de se comporter pour ceux qui ne réussissent pas à guérir la mémoire de leur histoire», et qui pour cette raison n’acceptent pas de s’investir dans le travail présent. Ainsi, on nie son histoire «glorieuse en tant qu’elle est histoire de sacrifices, d’espérance, de lutte quotidienne, de vie dépensée dans le service, de constance dans le travail pénible» (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 96). Pour le Pape, il s’agit d’une attitude stérile et vaine.  Nous ne pouvons pas être comme ces “experts” spirituels, qui jugent seulement de l’extérieur et passent tout leur temps à parler de “ce qu’on devrait faire”, a-t-il expliqué.

L'anditote de Jésus: se soucier des plus faibles

Jésus propose un antidote à cette lutte de pouvoir et au refus du sacrifice. Il place un enfant humble au milieu des disciples pour les inviter à se décentrer. Aujourd’hui, cent ans après l’indépendance de la Lituanie,  «qui mettra-t-on au milieu» se demande François. Qui sont les plus petits, les plus pauvres qui n’ont rien à nous donner, pour rendre gratifiants nos efforts et nos renoncements ? Le Pape  évoque les minorités ethniques, ces chômeurs contraints d’émigrer, les personnes âgées isolées ou des jeunes qui ne trouvent pas de sens à leur vie parce qu’ils ont perdu leurs racines. Placer « au milieu » signifie à égale distance, poursuit le Pape, «de manière que personne ne puisse feindre de ne pas voir, que personne ne puisse soutenir que “c’est la responsabilité des autres”, parce que “je n’ai pas vu” ou que “je suis trop loin” ». Il invite à agir sans être protagoniste, sans vouloir être applaudi ou être les premiers.

Le Pape appelle chacun à se mettre en sortie, oubliant ses peurs, même si cela semble nous anéantir, de nous perdre derrière les plus petits, les oubliés, ceux qui vivent dans les périphéries existentielles. Il prévient également que «cette sortie comportera aussi dans certains cas le fait d’arrêter le pas, de mettre de côté les inquiétudes et les urgences pour savoir regarder dans les yeux, écouter et accompagner celui qui est resté sur le bord du chemin». Parfois, il faudra se comporter comme le père du fils prodigue ou bien comme les disciples, qui doivent apprendre que, lorsqu’on accueille un petit, c’est Jésus lui-même qu’on accueille.

Une vie dans le service et la joie

Accueillons Jésus dans sa parole, dans l’Eucharistie, dans les petits, afin «qu’il réconcilie notre mémoire et nous accompagne dans un présent qui continue à nous passionner par ses défis, par les signes qu’il nous laisse». Pour éprouver comme nôtres, dit-il, les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de ceux qui souffrent. «Parce que, comme communauté nous nous sentons intimement solidaires de l’humanité – de cette ville et de toute la Lituanie – et de son histoire, nous voulons donner notre vie dans le service et dans la joie, et ainsi faire savoir à tous que Jésus Christ est notre unique espérance» a conclu le Pape.

23 septembre 2018, 10:46