Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape prie pour les victimes d'abus sexuels. Le Pape prie pour les victimes d'abus sexuels. 

Pennsylvanie: le Saint-Siège exprime sa douleur et sa honte

Deux jours après la publication d’un rapport sur les abus sexuels sur mineurs dans six diocèses de Pennsylvanie, le Saint-Siège a condamné «sans équivoque» ces actes antérieurs à 1990, exprimant «sa douleur et sa honte».

Le Pape François se tient résolument et fermement du côté des victimes. Dans un communiqué paru dans la soirée du 16 août, le Saint Siège a condamné les abus sexuels sur mineurs perpétrés dans six diocèses de Pennsylvanie aux États-Unis (Pittsburgh, Allentown, Erie, Greensburg, Harrisburg et Scranton); ces abus sur mineurs ont été révélés le 14 août par une enquête des services du procureur de cet État de Nouvelle-Angleterre.

«La confiance est trahie»

C’est avec gravité que le Pape François s’est penché sur ce rapport américain. Plus de 1 300 pages abordées avec «grand sérieux» par le Saint-Siège, qui y voit des abus «pénalement et moralement, répréhensibles». «Ce sont des actes qui ont trahi la confiance et ont volé aux victimes leur dignité et leur foi», martèle le communiqué du Vatican, en appelant fortement à la «responsabilité» des coupables. Par ailleurs, à propos de la «prescription» des faits, le Saint-Siège a tenu à saluer les efforts de réformes entrepris par l'Église catholique américaine depuis les années 2000: «Les conclusions du Grand Jury sont cohérentes avec les précédentes études, montrant que les réformes faites par l'Église catholique aux États-Unis ont réduit drastiquement l'incidence des abus commis par le clergé».

L'urgence de la protection des mineurs

Il n'empêche que, plus que jamais, le Saint-Père encourage à «de constantes réformes et à une vigilance à tous les niveaux de l'Église catholique». Une seule priorité: «la protection des mineurs et des adultes vulnérables». La législation civile doit par ailleurs «nécessairement» faire loi: «il y a obligation à dénoncer les cas d'abus sur mineurs», pointe le Saint Siège. Ainsi, les victimes doivent savoir que le Pape est de leur côté, poursuit le communiqué. Enfin, le Souverain pontife dit comprendre combien ces crimes «peuvent secouer la foi et l’esprit des fidèles américains», et bien au-delà.

Une semaine après l’affaire McCarrick, du nom de cet influent archevêque émérite de Washington accusé d’abus sexuels, l’Église catholique américaine est une nouvelle fois dans la tourmente. Ces révélations des services du procureur de l’État de Pennsylvanie concernent plus de 300 prêtres ayant abusé d’ «au moins mille enfants» entre les années 1950 et 1990 - jusqu'en 2010 pour certains des faits les plus récents -  dans six diocèses.

17 août 2018, 08:05