Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le Pape François lors de l'audience générale le 24 janvier Le Pape François lors de l'audience générale le 24 janvier  (AFP or licensors)

Le Pape François appelle de nouveau à éviter toute violence en RDC

À l’issue de l’audience générale ce mercredi 24 janvier, le Pape est revenu sur la situation en République démocratique du Congo après la répression dimanche de manifestations pacifiques de chrétiens réclamant l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

«Je renouvelle mon appel pour que tout le monde s’engage à éviter toute forme de violence»: le Pape François est revenu une nouvelle fois sur les événements «préoccupants» qui secouent la République démocratique du Congo, depuis le 31 décembre dernier. Il a rappelé que «pour sa part, l’Église ne veut rien d’autre que contribuer à la paix et au bien commun de la société».

Déjà dimanche, lors de l’angélus à Lima, François avait évoqué la répression des manifestations qui avait eu lieu dans la matinée, quelques heures plus tôt. «Je demande aux autorités, aux responsables, et à tout le monde dans ce pays aimé qu’ils s’engagent et qu’ils s’efforcent au maximum à éviter toute forme de violence et qu’ils cherchent des solutions en faveur du bien commun», avait déclaré le Pape devant les Péruviens.

Il avait ensuite demander aux fidèles de prier, en silence, pour «nos frères de République démocratique du Congo».

Appel du cardinal Monsengwo

Ce mardi 23 janvier, le cardinal Monsengwo, archevêque de Kinshasa, avait condamné la répression brutale des marches organisées par le Comité Laïc de coordination, association de catholique reconnue par l’Église congolaise et le Vatican.

Dimanche 21 janvier, plusieurs défilés ont eu lieu pour demander l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre du 31 décembre 2016. Ce texte, signé par le pouvoir et l’opposition, prévoit l’organisation notamment d’un scrutin présidentiel pour trouver un successeur à l’actuel chef de l’État, Joseph Kabila, arrivé au terme de son second mandat en 2016. Selon la constitution, il ne peut pas se représenter.

 

24 janvier 2018, 12:41