Recherche

Vatican News
Le Nil est une ressource pour tous les pays riverains (ici, près du Delta) Le Nil est une ressource pour tous les pays riverains (ici, près du Delta)  (AFP or licensors)

Barrage sur le Nil : Tawadros II appelle au dialogue

Dans la controverse qui oppose l’Égypte à l’Éthiopie au sujet d’un barrage sur le Nil, le patriarche de l’Église orthodoxe copte appelle les gouvernements à surmonter leurs différends par la voie diplomatique. Tawadros II rappelle l’importance vitale de l’eau pour les populations riveraines.

Vatican News (avec agence)

Face à l’impasse dans le dossier du grand barrage de la Renaissance éthiopienne (le GERD selon son acronyme anglais), le chef de l’Église copte orthodoxe fait entendre sa voix. Tawadros II s’est exprimé sur ce sujet qui empoisonne les relations entre Le Caire et Addis Abeba depuis des années lors de son homélie prononcé lors de la liturgie de Pâques, célébrée le 2 mai dernier. L’eau est «un don de Dieu» que la providence divine accorde pour garantir la vie et la prospérité des peuples a-t-il ainsi déclaré devant les fidèles selon l'agence Fides. Cependant, les égoïsmes individuels et nationaux s’affrontent pour obtenir ce bien primaire. Il ne reste plus ainsi qu’à convoquer le Seigneur et à l’implorer d’éclairer l’esprit et le cœur des puissants et des gouvernants afin qu’ils trouvent des solutions qui «satisfassent tout le monde» a-t-il demandé.

 

Le patriarche copte-orthodoxe a fait référence en particulier à la «nation sœur de l'Éthiopie», soulignant également l'appartenance commune au même «continent africain», et invitant tout le monde à s'engager sur des chemins de collaboration et de partage pour atteindre ensemble les objectifs de développement, «pour le bien de tous». «Nous pouvons tous travailler ensemble, en nous reconnaissant comme "frères du Nil", le fleuve éternel, pour le bien de tous ces peuples qui vivent ensemble sur la terre d'Afrique depuis des milliers d'années. Prions pour que Dieu intervienne pour que la bonne volonté prévale chez tous, afin de rendre fructueuse l'utilisation des instruments diplomatiques et politiques, et de pouvoir vivre ensemble dans la paix et la prospérité». «La vie - a ajouté le Patriarche - nous enseigne toujours que les batailles ne portent pas de fruits. Nous prierons à ces intentions dans chaque messe, en invoquant sur nous l'intervention de la main de Dieu, Seigneur de nous tous».

Le grand barrage actuellement en construction, deviendra la plus grande structure de production d’énergie hydroélectrique de toute l’Afrique. Entamés en 2011, les travaux, conduits par l’entreprise italienne Salini, doivent s’achever en juillet prochain avec le remplissage du bassin dans son intégralité, permettant la production de 6 000 mégawatts d'électricité.

Les projets d'Addis-Abeba ont longtemps alimenté la controverse avec l'Égypte et aussi avec le Soudan, des pays qui craignent de devoir faire face à une diminution drastique de l'approvisionnement en ressources hydriques essentielles à la vie et à l'économie de leurs populations.

Des tentatives de médiation de la part des États-Unis ou de l’Union européenne n’ont pas abouti. Le Pape François, après la prière de l’angélus du 15 août 2020 avait exhorté «toutes les parties à continuer sur la voie du dialogue afin que le Fleuve Éternel continue d’être une sève de vie qui unit et non qui divise, qui nourrit toujours l’amitié, la prospérité, la fraternité et jamais l’inimitié, l’incompréhension ou le conflit. Que le dialogue soit, chers frères de l’Egypte, de l’Éthiopie et du Soudan votre unique choix pour le bien de vos chères populations et du monde entier».

05 mai 2021, 11:58