Recherche

Vatican News

Le Pape appelle au dialogue les pays du Nil

Au terme de l’angélus en la solennité de l’Assomption, le Pape François a évoqué les négociations en cours entre l’Egypte, le soudan et l’Ethiopie au sujet d’un barrage sur le Nil qui menace de bouleverser les équilibres régionaux. François a invité toutes les parties au dialogue.

Vatican News (avec agence)

«Je suis avec une attention particulière la situation des difficiles tractations concernant la question du Nil entre l’Egypte, l’Éthiopie et le Soudan» a déclaré le Pape François place Saint-Pierre dans ses saluts aux fidèles réunis en ce jour de l’Assomption. «J’invite toutes les parties à continuer sur la voie du dialogue afin que le Fleuve Éternel continue d’être une sève de vie qui unit et non qui divise, qui nourrit toujours l’amitié, la prospérité, la fraternité et jamais l’inimitié, l’incompréhension ou le conflit. Que le dialogue soit, chers frères de l’Egypte, de l’Ethiopie et du Soudan votre unique choix pour le bien de vos chères populations et du monde entier» a poursuivi le Saint-Père.

 

La question du Grand barrage de la Renaissance (Gerd) que l’Éthiopie construit sur le Nil Bleu, qui rejoint au Soudan le Nil Blanc pour former le Nil, est une source de fortes tensions entre ces pays depuis 2011. Les négociations, suspendues depuis le 4 août, ont été reportées le 10 août d’une semaine et devraient donc reprendre en début de semaine prochaine.

Le Caire reproche à Addis Abeba de ne pas aborder la question de la gestion du barrage, tandis que Khartoum accuse Addis Abeba de lier cette gestion à une renégociation du partage des eaux du Nil Bleu, ce qu’il refuse. L’Afrique du Sud, qui assure la présidence de l’Union africaine, a exhorté les trois États à rester impliqués dans le processus de négociations malgré leurs divergences.

L'Égypte et le Soudan invoquent «un droit historique» sur le fleuve garanti par des traités conclus en 1929 et 1959. Mais l'Éthiopie s'appuie sur un traité signé en 2010 par six pays riverains et boycotté par l'Égypte et le Soudan autorisant des projets d'irrigation et de barrages sur le fleuve.

15 août 2020, 12:46