Recherche

Vatican News
Un médecin avec un patient souffrant de la Covid-19 à l'Hopital Européen Georges Pompidou (Paris) le 6 avril 2021 Un médecin avec un patient souffrant de la Covid-19 à l'Hopital Européen Georges Pompidou (Paris) le 6 avril 2021  (AFP or licensors)

Politique sanitaire commune en Europe: la pandémie, un tournant?

La pandémie de Covid-19 interroge le rôle de l'Union européenne dans les politiques de santé menées sur le Vieux continent. Des dysfonctionnements sont apparus, mais aussi une volonté de progresser sur dans la construction d’une politique sanitaire commune. Analyse.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Plusieurs fois ces derniers mois, l’UE s’est retrouvée sous le feu des critiques concernant le domaine de la santé, notamment au sujet de la répartition des vaccins et de leur délai de livraison. Ce n’est pas la première fois que Bruxelles est fustigée pour sa gestion défaillante: la crise de la vache folle dans les années 1980, ou l’usage controversé du glyphosate plus récemment, ont également été l’occasion de vifs débats entre les pays européens et d’autres acteurs –entreprises, associations, groupes de lobbying…

Mieux se préparer aux crises sanitaires

Si la santé peut sembler le parent pauvre des politiques européenne, elle est d’abord un domaine qui relève de la compétence des États membres: l’UE ne peut donc que compléter leur action. L’article 168 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne stipule en effet que l’UE «encourage la coopération» et «complète les politiques nationales», sans s’y substituer.

Cette marge de manœuvre limitée tend toutefois à s’élargir, en particulier face à l’aggravation de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. La Commission a ainsi présenté dès novembre 2020 une liste de propositions afin de mieux préparer l’Europe face aux prochaines crises sanitaires. Il est par exemple prévu de renforcer le rôle du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et de l’Agence européenne des médicaments (EMA). 

 

Les moyens financiers ont également été augmentés. Le premier programme Santé (2003-2007) de l’UE bénéficiait d’une enveloppe de 353,77 millions d’euros, le deuxième (2008-2013) de 321,5 millions d’euros. Le programme 2014-2020 était quant à lui doté d’un budget de 449,4 millions d’euros. Une dotation multipliée par 20 pour le nouvel exercice 2021-2027: d’un montant de 9,4 milliards d’euros, il est entré en vigueur fin mars 2021.

Bruxelles reste donc déterminée à construire une politique sanitaire commune, en tirant des leçons des dysfonctionnements, comme nous l’explique Édouard Simon, directeur de recherche, spécialiste des questions européennes à l’IRIS.

Entretien avec Édouard Simon

 

12 avril 2021, 08:16