Recherche

Vatican News
Une plantation de safran en Inde en novembre 2020. Le changement climatique favorise la sécheresse et rend difficile cette délicate culture. Une plantation de safran en Inde en novembre 2020. Le changement climatique favorise la sécheresse et rend difficile cette délicate culture.   (AFP or licensors)

“One planet”, un sommet pour la diversité organisé par la France

Ce lundi 11 janvier, la France organise à Paris le «One Planet Summit», consacré à la biodiversité, avec pour objectif de relancer une diplomatie verte, mise à l’arrêt l’année dernière à cause de la pandémie de coronavirus.

Une trentaine de personnalités prendront la parole ce lundi 11 janvier, principalement lors d'interventions en ligne en raison de la crise sanitaire. Parmi elles, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, le président de la Banque mondiale David Malpass, l'héritier du trône britannique le prince Charles ou encore la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. 

Chacun devrait présenter des initiatives ou prendre des engagements concrets autour des quatre thèmes proposés lors de la conférence: protection des écosystèmes terrestres et marins; promotion de l'agro-écologie; mobilisation des financements; lien entre déforestation, préservation des espèces et santé humaine. Un dernier thème brûlant alors que la pandémie de Covid-19 illustre l'inquiétante multiplication des zoonoses, maladies qui passent de l'animal à l'homme, notamment en raison des contacts plus fréquents entre espèces causés par la destruction des habitats sauvages.

Avec une année quasi blanche en 2020, la diplomatie verte a pris du retard. Côté biodiversité, le congrès de l'Union internationale de conservation de la nature et la COP15, qui a pour objectif d'établir un plan mondial pour protéger et restaurer d'ici 2050 les écosystèmes indispensables à l'humanité, ont dû être reportés à l'automne 2021. Côté climat, la COP26 prévue à Glasgow en Écosse a également été retardée d'un an, à novembre 2021, si tout va bien.

2020, l'année la plus chaude de tous les temps

La lutte contre le changement climatique est précisément l'un des piliers de la protection de la création. Selon le service de surveillance du climat de l'Union européenne, 2020, à égalité avec 2016, a été l'année la plus chaude depuis que ces températures ont été enregistrées, avec 0,4 degré de plus qu'en 2019. C'est la sixième année au-dessus de la moyenne au cours de cette décennie, la plus chaude jamais enregistrée. L'objectif fixé par l'accord de Paris de 2015 était de contenir l'augmentation du réchauffement climatique de deux degrés Celsius ou d'au moins un degré et demi. Une croissance d'un peu plus d'un degré jusqu'à présent a suffi à provoquer une augmentation des sécheresses, des inondations et des tempêtes, rendues encore plus destructrices par l'élévation du niveau de la mer.

L'engagement du Saint-Siège

Une «alliance entre l'homme et l'environnement» apparaît de plus en plus nécessaire pour promouvoir une «éducation à l'écologie intégrale», avait rappelé le Pape François en décembre dernier dans un message vidéo lors d'un sommet virtuel sur l'ambition climatique, réitérant ce qui était écrit dans l'encyclique Laudato si', qui affirme que «le changement climatique est un problème mondial avec de graves implications environnementales, sociales, économiques, distributives et politiques, et constitue l'un des principaux défis actuels pour l'humanité». «Prendre soin du monde qui nous entoure et nous soutient», peut-on lire cette fois dans l'encyclique Fratelli tutti, «c'est prendre soin de nous-mêmes».

11 janvier 2021, 15:28