Recherche

Vatican News
Deux enfants jouant au cerf-volant dans le camps de Moria sur l'île de Lesbos, le 22 juin dernier. Deux enfants jouant au cerf-volant dans le camps de Moria sur l'île de Lesbos, le 22 juin dernier.  (AFP or licensors)

Arrivée en Italie de migrants évacués de Grèce

Un nouveau groupe de réfugiés se trouvant sur l’île grecque de Lesbos est attendu en Italie ce jeudi 16 juillet, grâce aux couloirs humanitaires mis en place par Sant’Egidio. Retour sur l'engagement de la communauté catholique sur l'île.

Vatican News

Plus de 20 000 réfugiés et migrants dont 4 000 mineurs non-accompagnés, sont toujours bloqués sur l'île de Lesbos en Grèce. La majorité d’entre eux, soit quelque 16 000 personnes, est logée dans des conditions précaires, dans des structures surpeuplées du camp de réfugiés de Moria ou dans des tentes installées aux alentours. Le reste des migrants se trouvent dans l’autre centre de l’île, à Kara Tepe, ou dans des appartements de la municipalité de Mytilène, non loin de là.

Comme dans les îles voisines de Samos et de Chios, la situation explosive est plus difficile encore depuis le début de l'urgence sanitaire liée au Covid-19. Jusqu'à présent aucun cas de nouveau coronavirus n’a étè enregistré à Lesbos, mais les camps restent confinés, ce qui provoque une augmentation des tensions et a un impact psychologique important sur les migrants.

10 migrants attendus

Ce jeudi, après plus de six mois d'attente en raison de la pandémie, 10 d'entre eux appartenant à quatre familles, sont attendus en Italie grâce au couloir humanitaire mis en place par la Communauté de Sant'Egidio, avec le soutien de l'aumônerie apostolique. 57 migrants arrivés à Lesbos ont déjà été transférés en Italie. Les premiers d’entre eux était arrivés à Rome en avril 2016, à bord de l’avion qui raccompagnait le Pape au Vatican.

L’engagement de Sant'Egidio ne se limite pas à l'organisation de couloirs humanitaires. La communauté est présente à Lesbos toute l'année, explique  à Vatican News Daniela Pompeii, la responsable de la Communauté de Sant'Egidio pour les services aux immigrés, aux réfugiés et aux Roms.

Dépression collective 

«Malgré l'urgence sanitaire, les volontaires seront encore là cet été pour distribuer des produits de première nécessité, de la nourriture et pour soutenir les cours d'intégration, comme les cours de langue» explique-t-elle. Les bénévoles soutiennent également les enfants nombreux à Lesbos, qu’ils soient en famille ou isolés. Dans un tel contexte, suivre une scolarité est complexe.

Il faut également réduire la tension accrue par un très long confinement : «Médecins sans frontières nous a parlé d'une dépression généralisée, en particulier chez les garçons et les filles seuls. Le fait d'être toujours enfermés à l'intérieur et de ne rien pouvoir faire, peut provoquer une dépression collective. Il y a aussi eu des suicides. Il est donc utile de favoriser un chemin d'intégration dans l'île et d'encourager la rencontre avec la population locale», déclare Daniela Pompéi.

Le travail de Sant'Egidio à Lesbos va de pair avec le travail intense mené par l'Église catholique grecque dans les centres d'accueil du pays. Caritas Hellas a récemment tiré la sonnette d'alarme sur la situation insoutenable des réfugiés enfermés dans les camps des îles de la mer Égée (42 000 au total, Lesbos comprise). La Caritas locale appelle à une action urgente des autorités grecques et de la communauté internationale.

16 juillet 2020, 13:13