Recherche

Vatican News
Des enfants, chargés à l'arrière d'un véhicule, quittant la province d'Idlib, le 27 janvier 2020. Des enfants, chargés à l'arrière d'un véhicule, quittant la province d'Idlib, le 27 janvier 2020.   (AFP or licensors)

En Syrie, un enfant tué toutes les 10 heures

Une nouvelle fois, l’Unicef tire la sonnette d'alarme quant à la situation des enfants en Syrie. Près de 6 millions d’enfants syriens sont nés depuis le début de la guerre, une génération qui ne connaît que la guerre et les déplacements.

Marine Henriot - Cité du Vatican

Les enfants paient le prix le plus élevé du conflit syrien. C’est ce qui ressort de l’étude réalisée par l’Unicef auprès de 3 500 syriens. L'enquête en face-à-face a demandé aux Syriens de Syrie, de Jordanie et du Liban quels étaient les principaux défis et préoccupations auxquels eux et leurs enfants étaient confrontés près de dix ans après le début de la guerre.

Partout, les Syriens déclarent que les enfants sont les premières victimes de ce conflit; les dommages psychologiques, l’impact sur la santé mentale, sont identifiés comme étant aussi graves que les blessures physiques. 

Personne n’a été épargné par le conflit. La plupart des personnes interrogées, détaille l'Unicef, ont vécu directement le déplacement, la blessure ou la mort d’un être cher. Dans certaines régions de Syrie, plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré avoir au moins un enfant qui n'allait pas à l'école, contre environ un tiers des réfugiés syriens en Jordanie et au Liban. 

L’optimisme malgré tout

L’étude de l’Unicef révèle également que Syriens vivant en Syrie ont tendance à être plus optimistes quant à l'avenir des enfants syriens que ceux vivant dans les pays voisins (Jordanie et Liban). En revanche, les familles avec enfants ont tendance à être beaucoup moins optimistes que celles qui n'en ont pas.

L'éducation a été identifiée comme le plus grand défi pour les familles en Syrie, suivie par la pauvreté, l'accès aux soins de santé et les soins aux orphelins.

Une guerre des plus brutales 

«La guerre contre les enfants en Syrie a été l'une des plus brutales de l'histoire récente. Près de 6 millions d'enfants syriens sont nés depuis le début de la crise. Ils ne connaissent que la guerre et les déplacements. En moyenne, un enfant a été tué toutes les 10 heures en Syrie à cause de la violence, et plus de 2,5 millions d'enfants ont été déracinés et forcés de fuir vers les pays voisins en quête de sécurité», a déclaré Francesco Samengo, président de l'Unicef Italie.

Pour continuer à fournir une assistance aux enfants syriens, l'Unicef estime avoir besoin de 682 millions de dollars pour des programmes en Syrie et dans les pays voisins.

La menace de la faim

Une conférence d’aide internationale pour la Syrie s’est ouvert mardi 30 juin à Bruxelles. A la veille de cette rencontre de l’Union européenne et des Nations unies, plusieurs organisations ont alerté sur la faim qui touche désormais un nombre record de Syriens, et le phénomène pourrait empirer. 

«Actuellement, quelque 9,3 millions de Syriens se couchent en ayant faim, tandis que plus de 2 millions (supplémentaires) risquent de connaître le même sort», ont averti dans un communiqué commun plusieurs ONG internationales. Le conflit en Syrie déclenché en 2011 a fait plus de 380 000 morts et poussé à l'exil près de la moitié de la population d'avant-guerre, avec des déplacés à l'intérieur du pays et des réfugiés à l'étranger.

30 juin 2020, 14:41