Recherche

Vatican News
Vladimir Poutine Vladimir Poutine  (ANSA)

Le pouvoir russe à l’épreuve de la Covid-19

La Russie a été jusqu’à présent moins frappée par la pandémie de Covid-19 que d’autres pays occidentaux mais elle n’échappe pas à une crise économique et sociale. Le pouvoir doit en même temps gérer cette urgence et mettre un terme au flottement politique qui prévaut depuis le début de l’année. Le référendum constitutionnel du 1er juillet apparaît ainsi comme une étape essentielle.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

La Russie a semblé pendant plusieurs semaines épargnée par la pandémie de Covid-19, alors que la Chine, puis l’Europe se fermaient et comptaient leurs morts. La situation a évolué et la maladie a commencé à se développer dans le pays, principalement à Moscou, la capitale. Mais avec 6500 morts officiellement recensés et un demi-million de cas confirmés, la Russie a pour l’instant évité au pire et ne connait pas les drames humains qui ont marqué les pays d’Europe occidentale.

Selon Arnaud Dubien, chercheur associé à l’IFRI et directeur de l'Observatoire franco-russe à Moscou, la Russie a échappé à la première vague asiatique en fermant très tôt sa frontière avec la Chine, fin janvier. Quant à la seconde vague européenne, elle a été importée avec un décalage d’un mois à six semaines par des Russes revenus d’Europe occidentale. Mais là aussi, le gouvernement russe a pris des mesures très tôt comme le confinement des personnes âgées de plus de 65 ans à Moscou dans un premier temps, puis dans tout le pays.

Les failles politiques mises en évidence

La crise sanitaire a été émaillée de polémiques, notamment sur le nombre de morts. Les gouverneurs des républiques ont été soupçonnés de les minimiser pour ne pas déplaire au pouvoir central, ce qui serait symptomatique d’une tendance à l’œuvre depuis près d’une vingtaine d’années : une recentralisation des pouvoirs vers le Kremlin, et un contrôle total sur les gouvernements régionaux, plus enclins à plaire à Moscou qu’à leurs électeurs.

Mais le gouvernement fédéral n’a pas été remis en cause pour sa gestion de la pandémie. Il n’y a pas «de rupture, d’évolution majeure dans l’opinion», constate Arnaud Dubien. «Le monde d’après en Russie ressemblera beaucoup au monde d’avant ; en tout cas, les tendances déjà à l’œuvre seront renforcées» estime-t-il. L’érosion du pouvoir se poursuivra, ce qui «est assez naturel au bout de vingt ans d’exercice du pouvoir», tempère le chercheur.

Crise économique et sociale

La Russie, comme quasiment tous les pays du monde, s’achemine vers une crise économique et sociale, aucun filet de sécurité sociale n’existant, et le mois chômé payé aux fonctionnaires étant trop limité, ainsi que les allocations extraordinaires destinées aux familles avec enfants décidées en mai. «Le gouvernement a suivi un fil rouge qui est de ne pas puiser dans les réserves» explique Arnaud Dubien.

Or, la situation économique et financière de la Russie est loin d’être mauvaise : ses réserves de change sont importantes - 500 milliards de dollars - son taux d’endettement public est inférieur à 15 % du PIB, et la baisse momentanée du prix du baril de pétrole n’est pas en mesure de mettre en péril les finances publiques.

Mais «la réponse du gouvernement a été hybride», entre une ligne monétariste qui ne voulait pas toucher à ces réserves, et une ligne néo-keynésienne, qui comme en Europe occidentale, préconisait un plan de relance massif de l’économie. Cette «prudence» pourrait provoquer un malaise social, selon Arnaud Dubien.

Le référendum, un test pour le pouvoir

C’est dans ce contexte qu’aura lieu le 1er juillet prochain un référendum constitutionnel - «une votation populaire» selon la terminologie russe - purement consultatif et qui n’est pas prévu par la constitution elle-même. Décidé avant la pandémie, il doit valider un projet qui regroupe des questions d’ordre politique et sociétal. «C’est une réforme qui a été mal menée, largement incomprise, explique Arnaud Dubien, qui a donné lieu à un coup de théâtre le 10 mars», avec un amendement voté par la Douma qui permettrait à Vladimir Poutine, au pouvoir depuis vingt ans, de briguer un nouveau mandat de six ans en 2024.

2024, c’est l’année qui concentre en effet toutes les attentions en Russie. En lançant ce processus de réforme constitutionnelle, Vladimir Poutine peinait à tracer une ligne claire pour l’avenir, restant flou sur son rôle au terme de ce qui devait être son dernier mandat à la tête du pays. Mais l’amendement des députés change la donne et redonne une perspective longue à l’ensemble des acteurs qui craignaient l’après-Poutine.

«L’objectif de Poutine est de limiter les risques et les tensions liées à sa succession» précise le directeur de l'Observatoire franco-russe. Mais le pouvoir ne fait que «retarder l’échéance car Vladimir Poutine n’est pas éternel». En attendant, le gouvernement espère mobiliser son électorat. Mais «le plus difficile sera moins d’atteindre un score positif important que d’atteindre une participation supérieure à 50 %» considère le chercheur. 

Entretien avec Arnaud Dubien
15 juin 2020, 10:57