Cerca

Vatican News
Le pétrolier iranien intercepté au large de Gibraltar, car soupçonné de vouloir livrer de l'or noir à la Syrie malgré l'embargo occidental sur ce pays. Le pétrolier iranien intercepté au large de Gibraltar, car soupçonné de vouloir livrer de l'or noir à la Syrie malgré l'embargo occidental sur ce pays.  (AFP or licensors)

USA: 200 chrétiens s’opposent à une guerre contre l’Iran

Ils demandent le retour immédiat des Etats-Unis au sein de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Ils souhaitent le retrait des sanctions prises contre le peuple iranien. Ils prient pour que le gouvernement américain renonce à entreprendre toute action militaire contre Téheran. "Aimer la paix ne suffit pas, écrivent-ils dans une déclaration datée du 8 juillet. Nous devons arrêter de faire la guerre et travailler pour apprendre à faire la paix, ce qui requiert du courage, une calme détermination et un leadership responsable".

Entretien réalisé par Marie Duhamel - Cité du Vatican

«Une guerre des États-Unis contre l’Iran serait un désastre complet, moralement et religieusement indéfendable; les leaders religieux américains doivent être parmi les premiers à s’élever pour dire ‘Non’, et appeler à aller de l’avant de manières plus efficaces tout en sauvant des vies», écrivent quelque deux cents responsables catholiques, évangéliques, méthodistes ou baptistes basés en divers endroits des États-Unis.

«La guerre n’est pas la solution»

Ils s’opposent fermement à une action militaire qui pourrait avoir «des conséquences humaines et environnementales désastreuses», «serait non nécessaire au niveau stratégique», «conduirait à une déstabilisation régionale, accroître le terrorisme et constituerait un poids économique insoutenable». Depuis le début de la guerre en Irak, soulignent-ils, le coût des conflits au Moyen-Orient s’élève à presque 6 milliards de dollars et à 500 000 morts.

Dans cette déclaration élaborée par le Conseil américain des églises et par Sojourners, une organisation chrétienne basée à Washington qui traite des problèmes de justice sociale, les dignitaires chrétiens conviennent du fait que l’Iran doive rejeter le terrorisme, et ne pas procéder à un enrichissement de son uranium, mais c’est l’administration américaine qu’ils interpellent, jugeant «irresponsable» le retrait de leur pays de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Mettre fin aux sanctions contre le peuple iranien

Les tensions entre les États-Unis et l'Iran se sont intensifiées en mai et juin dernier, des pétroliers ayant été attaqués en mer d'Oman. Donald Trump a immédiatement accusé l'Iran d'être responsable de ces attaques, renforçant ses sanctions contre Téhéran. Un drone de surveillance américain a été détruit dans l’espace aérien iranien. Dans un tel contexte de tensions croissantes, des actions doivent être entreprises, estiment les responsables chrétiens.

Ils demandent ainsi au gouvernement de revenir «immédiatement» à l’accord de 2015 pour engager «un réel processus diplomatique»; il souhaitent que Donald Trump mettent fin aux sanctions commerciales «sévères et punitives» contre le peuple iranien; qu’il établisse enfin, «si nécessaire», une équipe de protection des navires dans le Golfe d’Ormuz.

Ils prient pour que l’administration américaine renonce donc au conflit armé, espèrent qu’il soit, au contraire, guidé par la sagesse politique, les standards de la loi internationale et les principes éthiques de l’humanitarisme, de l’immunité des civils et de la construction de la paix. «Les menaces, les accords diplomatiques déchirés et la punition du peuple iranien n’ont pas fonctionné et empirent les choses», constatent-ils à regret.

Parmi les signataires catholiques, on trouve la signature de Mgr John E. Stowe, l’évêque américain de Lexington dans le Kentucky et actuel président de Pax Christi aux États-Unis. Il est d’ailleurs appuyé dans sa démarche par des responsables internationaux du Mouvement catholique pour la paix, dont Mgr Stenger, évêque de Troyes en France, et co-président du mouvement.

La déclaration est également soutenue par le Franciscan Action Network, par le National Advocacy Center of the Sisters of the Good Shepherd, et la Leadership Conference of Women Religious, entre autres.

Entretien avec Mgr Stenger, président de Pax Christi France
11 juillet 2019, 18:19