Cerca

Vatican News
Mgr Sommertag, nonce apostolique au Nicaragua, le 28 juin 2018 Mgr Sommertag, nonce apostolique au Nicaragua, le 28 juin 2018  (AFP or licensors)

Nicaragua : appel au dialogue du nonce apostolique

Dans un pays en crise, où le dialogue est rompu entre le pouvoir et l’opposition, le nonce apostolique au Nicaragua a exprimé son désir de voir relancé le dialogue en vue de la paix.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

Mgr Waldemar Stanislaw Sommertag, nonce apostolique au Nicaragua, s’est exprimé sur la crise que traverse le pays d’Amérique centrale depuis neuf mois, lors du pèlerinage en l’honneur de Notre-Seigneur de Esquipulas, à Matagalpa, mardi 15 janvier.

Il a profité de ce rassemblement populaire pour lancer un appel durant la messe qu’il a présidée. Il a ainsi exhorté les Nicaraguayens à «avoir soif du Seigneur compassionnel et miséricordieux, afin que les hommes et les femmes puissent mettre de côté toutes les mauvaises pensées et actions». «Nous avons ce moment pour réfléchir, pour faire un examen de conscience sur ce que je fais pour être saint dans ma famille. Nous devons pardonner même les choses les plus mauvaises qui peuvent arriver dans nos vies».

Le nonce a également affirmé que tous étaient présents en cette fête pour «implorer la paix» et «pardonner les torts reçus», appelant le Nicaragua à «reprendre ce désir d’être une Nation sainte, une nation prête à pardonner et à recevoir le pardon». Le représentant du Saint-Siège a surtout transmis un message de la part du Saint-Père : «son désir», que «l’Église travaille partout pour favoriser la construction de sociétés pacifiques et réconciliées et que nous trouvions dans le dialogue la route principale pour le bien de l’entière Nation».

Le dialogue appelé de ces vœux est celui de Dieu : «se parler dans les familles, dialoguer avec les familles. Si nous faisons cet effort avec nos familles, nous obtiendrons même cette vraie paix, pleine d’amour».

Une crise politique déchire le Nicaragua depuis le mois d’avril 2018. Des manifestations d’étudiants ont alors eu lieu contre le gouvernement du président Daniel Ortega, au pouvoir depuis 2007. Le chef de l’État est accusé par ses opposants d’avoir mis en place avec son épouse un régime népotiste et corrompu. L’Église locale a tenté une médiation mais le président a finalement suspendu tout dialogue avec les partis d’opposition.

 

17 janvier 2019, 15:13