Cerca

Vatican News
Des gardes et villageois intrigués par de nouvelles toilettes publiques dans leur village de Madhubani dans le district de Bihar, le 28 avril 2018 Des gardes et villageois intrigués par de nouvelles toilettes publiques dans leur village de Madhubani dans le district de Bihar, le 28 avril 2018  (AFP or licensors)

Inde: La réforme du système de santé, défi du gouvernement Modi

1,3 milliards d’habitants en Inde, dont encore 500 millions ne peuvent pas couvrir leurs dépenses de santé : le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi souhaite changer les choses. Il a lancé le 25 septembre dernier une réforme de grande ampleur, celle du système de santé. Elle suscite des espoirs mais soulève aussi des doutes. Les explications de Dominique Soulancé, maître de conférences à l’Université de Lille.

Entretien réalisé par Oliver Bonnel – Cité du Vatican

Le système de santé indien est l’un des plus vastes au monde, par le nombre de personnes qu’il concerne : près d’1,3 milliards de bénéficiaires potentiels dans ce pays qui devrait être le plus peuplé au monde en 2025.

Actuellement, dix millions de ménages indiens, soit 500 millions de personnes, ne bénéficient pas d’une couverture santé. Le gouvernement du Premier ministre actuel Narendra Modi a donc lancé un chantier ambitieux mais indispensable : l’amélioration du système de santé. La réforme, en cours depuis le 25 septembre dernier, devrait atteindre plusieurs objectifs.

L’espoir d’une sécurité sociale universelle

Le Premier ministre indien a promis la mise en place d’une sécurité sociale universelle, une réforme de l’assurance maladie, la construction de centaines de milliers de dispensaires sur l’ensemble du territoire indien, en particulier dans les villages. Les infrastructures de soins devraient être améliorées, car elles sont  à l’image d’un système de santé à deux vitesses : les hôpitaux privés ultra-modernes côtoient des hôpitaux publics délabrés et surpeuplés.

Des doutes devant l’ampleur de la tâche

Mais le coût estimé de cette réforme, 1200 milliards de roupies par an, a de quoi susciter des doutes. Le gouvernement Modi parviendra-t-il à obtenir les ressources financières nécessaires ? D’autant plus que le  temps est compté : les élections générales de mai 2019 forment une échéance cruciale, qui seront certainement un bon indicateur de l’efficacité du gouvernement actuel.

Dominique Soulancé, spécialiste de l’Inde, maître de conférences à l’Université de Lille, nous donne plus de détails sur cette réforme.  La géographe dresse d’abord un panorama de l’état du système de santé indien.

Entretien avec Dominique Soulancé, maître de conférence à l'Université de Lille
04 octobre 2018, 08:40