Version Béta

Cerca

Vatican News
Le ministre du Travail Luigi Di Maio, du Mouvement 5 Etoiles, le 2 août 2018. Le ministre du Travail Luigi Di Maio, du Mouvement 5 Etoiles, le 2 août 2018.   (ANSA)

En Italie, la loi travail adoptée par le parlement

C’était le cheval de bataille du ministre du Travail et chef du mouvement 5 étoiles Luigi di Maio. Le Sénat italien a adopté définitivement mardi 7 août le «décret loi dignité», 155 voix pour, 125 contre. Une loi travail controversée dans la péninsule, critiquée par le patronat et par le Parti Démocrate de Matteo Renzi, au pouvoir jusqu’en mars 2018.

Marine Henriot - Cité du Vatican, avec agences

La philosophie de cette loi c’est d’inciter les entreprises à embaucher en contrat long pour diminuer les contrats précaires. 

Ce cheval de bataille de Luigi Di Maio, ministre du Travail et chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), est sous le feu des critiques du patronat italien, ainsi que du Parti démocrate (PD, centre gauche). «Citoyens 1 - Système 0», a tweeté mardi Luigi di Maio, triomphant. Et les sénateurs de sa formation ont qualifié de «révolution culturelle» ce coup porté au «fléau social qui s'appelle la précarité».

«Le ministre du Travail est depuis aujourd'hui le ministre du Chômage», a commenté pour sa part, l'ex-chef du gouvernement Matteo Renzi, l'homme fort du PD, sur les réseaux sociaux. «Grâce aux géniales intuitions du ministre Di Maio, nous allons perdre 80.000 postes de travail», a-t-il dit, en reprenant un chiffre des services du gouvernement qui a fait polémique en juillet.

Que contient la loi ?

Concrètement, plus possible désormais pour les patrons de garder une personne plus de deux ans en CDD, contre trois ans jusqu’à aujourd’hui. Les CDD se verront appliquer une charge de cotisations sociales croissantes à chaque renouvellement, et quatre renouvellement maximum sont autorisés.

Seules les personnes faisant le ménage ou s'occupant de personnes âgées sont exclues du dispositif. Au-delà de douze mois, les employeurs devront justifier la prolongation, par exemple pour un pic non prévu d'activité, une mesure source de recours en justice prédit le patronat. En l'absence de raison valable, le CDD sera transformé en CDI.

Pour lutter contre la précarité des travailleurs, le total d’emplois temporaires est maintenant plafonné : pas plus de 30% par entreprises. Par ailleurs, les indemnités pour licenciement abusifs seront augmentées tandis que les entreprises qui embauchent bénéficieront d’un bonus. Enfin ce décret loi dignité aspire aussi à limiter les délocalisations d’entreprises: toute entreprise ayant reçu une aide de l’État sera tenue de la rembourser si elle déménage son activité hors d’Italie.

Chômage endémique en Italie 

Une loi qui selon le patronat va décourager les investissements, limiter la croissance et avoir un impact négatif sur le chômage. Chômage qui est endémique en Italie, 10.9% en juin, et les jeunes sont les plus touchés, avec 32.6% de chômage chez les 15-24 ans. C'est bien au-dessus de la moyenne de la zone euro: 16.8% pour la même tranche d'âge. 

 

08 août 2018, 08:46