Cerca

Vatican News
Les forces loyales au gouvernement avancent vers le port d'Hodeida, tenu par les rebelles Les forces loyales au gouvernement avancent vers le port d'Hodeida, tenu par les rebelles  (ANSA)

Yémen: 11 millions d'enfants ont besoin d'aide humanitaire

Au Yémen, ce ne sont pas moins de 11 millions d’enfants qui auraient besoin de protection et d’aide humanitaire : c’est le nouveau cri d’alarme lancé par l’UNICEF qui exige l’arrêt immédiat des attaques contre les infrastructures civiles.

Ces derniers mois, notamment après l’escalade militaire autour de la ville portuaire d’Hodeida, plusieurs ONG ont pu fournir une aide d’urgence à des centaines de milliers d’enfants, notamment en eau potable, en nourriture et en soins médicaux, précise la directrice de l’agence onusienne, Henrietta H. Fore.

Des infrastructures visées par des frappes

Mais depuis quelques jours, on assiste à des attaques croissantes et répétées contre des infrastructures civiles et notamment des centres hydriques, «essentiels pour soutenir les vies des enfants et des familles». Ces attaques sont «inacceptables, inhumaines» et «menacent directement» les populations.

L’UNICEF rapporte ainsi qu’il y a deux jours, des frappes aériennes ont visé un de ses dépôts qui contenait, entre autres, des kits d’hygiène. Le 28 juillet, un des centres sanitaires qu’elle soutient a subi une attaque ; la veille, c’est une station hydrique du district d’Al-Mina, fournissant en grande partie la ville d’Hodeida, qui a été frappée.

Carences en eau liées aux épidémies

«Le Yémen affronte déjà une grave carence en eau potable, directement liée à l’épidémie de choléra qui sévit actuellement dans le pays», explique Henrietta H. Fore, pour qui «ces attaques (…) menacent les efforts préventifs contre d’autres épidémies ». «Nous continuerons de demander à toutes les parties impliquées dans ce conflit de protéger les populations et les infrastructures civiles. La guerre au Yémen n’a pas de vainqueur. Elle est en train de priver les enfants yéménites de leur avenir».

La guerre dans ce pays dure depuis 3 ans ; elle oppose les forces loyales au gouvernement aux rebelles houthistes, chaque camp étant soutenu par des nations étrangères. On compte au moins 10 000 morts, près de 2 millions de déplacés. La crise humanitaire qui en découle est l’une des pires au monde, selon les Nations unies.

01 juillet 2018, 13:52