Cerca

Vatican News
L'île de Jeju en Corée du Sud. L'île de Jeju en Corée du Sud.  (ANSA)

Le soutien financier du Pape aux Yéménites réfugiés en Corée du Sud

En Corée du Sud, 561 migrants yéménites, fuyant la guerre dans leur Yémen natal, ont trouvé refuge dans l’île sud-coréenne de Jeju depuis le début de l’année. Par les mains de son nonce apostolique en Corée du Sud, Mgr Alfred Xuereb, le Pape François leur a transmis un don de 10 000 euros.

Déchiré par un conflit entre Arabie saoudite et rebelles houthis pro-iraniens, le Yémen traverse actuellement «la plus grande crise humanitaire du monde», selon la qualification de l’Onu. En conséquence, de nombreux yéménites fuient leur pays pour se retrouver à plus de 8 000 kilomètres de chez eux… sur l’île sud-coréenne de Jeju. 

 

Une situation inédite pour ce pays asiatique qui n’accorde l’asile politique qu’à un nombre infime de réfugiés chaque année, mais qui a récemment adopté une politique d’exemption de visas pour faciliter le tourisme. Les Yéménites ont cependant interdiction de gagner le continent et doivent rester sur l’ile de Jeju.

Pour aider ces nouveaux arrivants yéménites, le Pape François leur a transmis un don de 10 000 euros par l’intermédiaire du nonce apostolique dans le pays, Mgr Alfred Xuereb, a indiqué l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, le 29 juillet 2018.

Ainsi, le Pape «souhaite soutenir» la volonté d'accueillir ces réfugiés yéménites. Depuis leur arrivée sur l’ile sud-coréenne, les réactions xénophobes se sont multipliées. L’évêque catholique de Jeju, Mgr Peter Kang U-il, a donc exhorté les fidèles à la tolérance et à la charité.

Néanmoins, depuis le 1er juin dernier, les ressortissants yéménites ne peuvent plus accéder à l'île de Jeju sans visa. La Corée du Sud, signataire de la Convention de l’ONU sur les réfugiés, a des lois plutôt avancées en matière d’aide aux migrants, mais elle n’accepte en moyenne que 4,1% des demandes d’asile.

31 juillet 2018, 11:21