Cerca

Vatican News
Au Nicaragua, 121 personnes ont été tuées lors des manifestations contre le pouvoir, depuis avril 2018. Au Nicaragua, 121 personnes ont été tuées lors des manifestations contre le pouvoir, depuis avril 2018.   (ANSA)

Nicaragua: l'Église va rencontrer le président Daniel Ortega

Au Nicaragua, l'Église reprend le chemin du dialogue. Médiateurs dans la crise entre le gouvernement et l’opposition, les évêques de la CEN (Conférence Episcopale du Nicaragua) rencontreront ce jeudi soir le président nicaraguayen Daniel Ortega.

Marine Henriot - Cité du Vatican 

L’Église avait suspendu le dialogue le 23 mai dernier, face au mur du gouvernement. Mais alors que les violences s’intensifient, la hiérarchie catholique a demandé une rencontre avec le président Daniel Ortega, qui a accepté cette main tendue. La rencontre aura lieu ce jeudi 7 juin à 15H00, heure locale (21H GMT). Un rendez-vous pour parler «de la justice, de la démocratie, dans le but de reprendre le dialogue» expliquent les évêques dans une lettre. 

Mais pour l’Église, une condition: pas de dialogue tant que la répression continue. Et sur place, la situation dégénère. La contestation, à l’origine contre une réforme de retraites, porte maintenant contre le pouvoir tout entier, qui réprime les manifestations dans le sang. Depuis mi avril, 121 personnes ont été tuées et 1300 blessées.

Barricades, jets de pierres et mortiers faits maison

Aujourd’hui, l’épicentre des affrontements, c’est Masaya, une ville de 100 000 habitants au sud de la capitale. Les opposants mettent en place des blocus des routes pour protéger la ville des pillages et des forces de sécurité. Face aux forces de l’ordre qui tirent à balles réelles, les opposants sont en majorité des jeunes, armés de pierres et de mortiers faits maison. Selon certains témoignages, deux manifestants non armés auraient été exécutés sommairement par les forces de l’ordre lundi. Le lendemain, les violences ont gagné la perle touristique de Granada, un adolescent a été tué par balles.

C’est un lourd défi qui attend l’Église nicaraguayenne, dimanche dernier lors de l’Angélus le Pape François a demandé la reprise du dialogue dans le pays. Un appel qui a coïncidé avec le décès du cardinal Miguel Obando Bravo, l'archevêque émérite de Managua. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil en hommage au cardinal, marquant ainsi un signal fort vis-à-vis de l'Église catholique.

07 juin 2018, 10:01