Version Béta

Cerca

Vatican News
Vue sur la région d'Afar en ÉThiopie, vers la frontière avec l'Érythrée, le 8 mai 2018. Vue sur la région d'Afar en Éthiopie, vers la frontière avec l'Érythrée, le 8 mai 2018.   (ANSA)

L'Éthiopie annonce la fin du conflit avec l'Érythrée

Avec une série de mesures d’ouvertures inattendues, le gouvernement éthiopien veut montrer qu’il cherche à mettre fin à la crise politique la plus importante de son histoire.

Des propos recueillis par Marine Henriot - Cité du Vatican

Depuis deux ans, l’Ethiopie fait face à la plus importante crise politique de son histoire.  Le mouvement de contestation a débuté en région Oromo, ethnie majoritaire dans le pays mais privée de pouvoir, avant de se propager à d’autres régions et de s’installer dans la durée. Pour faire face, le pouvoir a investi pour la première fois il y a deux mois l’oromo Abiy Ahmed au poste de premier ministre. 

Une nomination qui donne au deuxième pays le plus peuplé d’Afrique un visage réformateur. 

La coalition au pouvoir, l’EPRDF, le Front Démocratique Révolutionnaire du Peuple Ethiopien, a annoncé le 5 juin une série de mesures pour tenter d’apaiser les tensions dans le pays.

Outre la libération de blogueurs et d’opposants politiques, et le rétablissement d’internet, le gouvernement annonce la fin de l’Etat d’urgence deux mois avant la date prévue, une soudaine ouverture économique au secteur privé et surtout, la fin du conflit avec l’Erythrée. En 1993, l’Erythrée a accédé à l’indépendance, faisant perdre à l’Ethiopie son unique façade maritime sur la mer rouge. Les deux voisins se sont ensuite livré à une guerre fratricide entre 1998 et 2000, un conflit qui a fait près de 80 000 morts. Un accord de paix avait été signé fin de l’année 2000 à Alger, mais des tensions subsistent entre les deux pays en raison du tracé de la frontière.

Les explications d’Eloi Ficquet, enseignant-chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Interview d'Eloi Ficquet, enseignant-chercheur à l'EHESS
07 juin 2018, 08:40