Recherche

L'église San Lorenzo de Porto, au Portugal. L'église San Lorenzo de Porto, au Portugal. 

L'Église portugaise lance une commission d'enquête sur les abus sexuels sur mineurs

L’équipe et le plan de travail de la Commission indépendante d'enquête sur les abus sur mineurs est présentée à Lisbonne, ce 11 janvier. Annoncée par la Conférence épiscopale portugaise, lors de sa dernière assemblée plénière en novembre, elle vise à donner la parole aux victimes d'abus et renforcer les politiques de protection et de promotion des mineurs au sein de l'institution.

Vatican News, avec Anna Poce – Cité du Vatican

La conférence de presse se tient à la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne, ce mardi 11 janvier après-midi. L’équipe et le programme de travail de la Commission d'enquête indépendante, annoncée par la Conférence épiscopale portugaise (CEP) lors de sa dernière Assemblée plénière, du 8 au 11 novembre, à Fatima, seront ainsi présentés offciellement au public. 

«Donner voix au silence»

Cette commission sera formée d'une équipe de professionnels issus de divers domaines - de la justice aux sciences sociales -, et coordonnée par le neuropsychiatre Pedro Strecht. Avec sa devise «Donner la parole au silence», elle souhaite se mettre à l'écoute de toutes les victimes d’abus et recueillir leur témoignage dans le cadre de l'enquête. 


«Nous invitons tous ceux qui ont pu être victimes de ces crimes atroces à parler, à raconter enfin et sans crainte ce qui leur est arrivé»
, a ainsi indiqué Pedro Strecht, lors d’une conférence de presse du 2 décembre dernier à Lisbonne. «Même face aux hésitations naturelles, tout à fait acceptables face à des situations qui peuvent durer des décennies (...), je vous prie de faire confiance à votre voix intérieure (...), et à l’utilité de la partager afin que rien de semblable puisse jamais se reproduire»

Le médecin avait également présenté, en décembre 2021, les principes directeurs du travail de la commission, dont le processus «long et complexe» débutera ce mois de janvier. Il ne s’agira pas d’un travail d'«enquête judiciaire ou pénale», a-t-il également précisé.

Un chemin de vérité

Lors d'un temps d'échanges avec des journalistes, Mgr José Ornelas, président de la CEP et évêque de Setúbal, a de son côté souligné l’importance de la «connaissance de la réalité» des faits pour trouver des solutions. C’est précisément «à cet effet que cette Commission indépendante d’enquête a été créée», a-t-il indiqué. Admettant l’existence de situations particulièrement douloureuses, il a exprimé l’espérance que le lancement de cette commission «soit un chemin de vérité, sans préjugés ni couvertures (...).»

Questionné au sujet de la possible ouverture d'archives historiques, qui faciliterait le travail de la commission d'enquête, l’évêque de Setúbal a réaffirmé la disponibilité de l’Eglise catholique à collaborer avec le travail du nouvel organisme, avec tous les «moyens nécessaires» à sa disposition. «En tant qu’Église au Portugal», a-t-il conclu, «nous sommes les premiers intéressés à faire la lumière sur tout cela». Le financement de la Commission sera assuré par la CEP, tout en étant ouvert à d’autres collaborations de la société civile.

11 janvier 2022, 09:00