Recherche

Vatican News
Mgr Tomáš Halík lors de la conférence de Varsovie Mgr Tomáš Halík lors de la conférence de Varsovie 

Abus sur mineurs : la force de la miséricorde

Poursuite des travaux à la conférence de Varsovie sur la protection des abus sur mineurs. Deux témoins ont raconté leur expérience lors de la première journée, avant que Mgr Halík, président de l’Académie chrétienne tchèque, ne constate ce lundi matin que cette crise des abus est aussi celle du clergé dans son ensemble.

La force des témoignages après les discours introductifs : dimanche après-midi, deux victimes d’abus ont pris la parole devant les participants à cette conférence organisée par la Commission pontificale pour la protection des mineurs et la Conférence des évêques polonais. Il y a eu tout d’abord le père Tarsycjusz Krasucki qui a évoqué ce qui lui était arrivé en 1993, au Foyer Saint-Albert de Szczecin, un centre fondé par le père Andrzej Dymer.


Ce dernier le convoque un soir, dans son bureau pour discuter. Le harcèlement et les abus suivent. «Tout cela dans une atmosphère de chantage, car je savais que je pouvais être expulsé du centre». Le jour suivant, le père Krasucki a raconté aux autres garçons ce qui s'était passé. «D'après leur réaction, explique-t-il, j'ai compris que des situations similaires leur étaient arrivées».

Deux ans plus tard, le père Krasucki est entré dans l'ordre franciscain. En 2003, il a témoigné à Szczecin lors du procès canonique. À cette occasion, un jeune prêtre, qui était notaire, a été profondément troublé par son témoignage. «Et après tout cela, lui demanda-t-il, tu voulais toujours devenir prêtre ?» «Oui, je le voulais» a-t-il répondu, «et je suis intimement convaincu d'avoir fait le bon choix. Dieu m'a aidé».

Lors de l'Année de la miséricorde (2016), il a été nommé missionnaire de la miséricorde par le Pape. «C’est très important pour moi, a-t-il souligné, de pouvoir être un canal de miséricorde pour les autres. En même temps, j'ai été de plus en plus convaincu de combien la miséricorde a besoin de la justice et doit être fondée sur elle».

Vie détruite

Le second témoin est une femme, abusée par un prêtre. Elle se souvient d'épisodes dramatiques dans la maison de ses grands-parents lorsqu'elle était enfant. «Je me souviens avoir été étourdie, confuse, sans vraiment comprendre ce qui s'était passé». «J'ai vécu ma vie, explique-t-elle, en ayant honte, en me tenant pour responsable. Je vivais avec la dépression. Mon mariage s'est terminé par un divorce».

Sa vie s'est également dénouée au fil des années de thérapie. «J'ai ressenti un sentiment de confusion pendant longtemps. Maintenant, je n'adhère à aucune religion. J'ai trouvé mon chemin, conclut-elle, vers Dieu et la spiritualité».

Le pouvoir de la vérité

Les travaux se sont poursuivis ce lundi matin et ont débuté par un long discours de Mgr Tomáš Halík, professeur à l'Université Charles de Prague et président de l'Académie chrétienne tchèque. Il fut l'un des prêtres ordonnés clandestinement sous le régime communiste, longtemps secrétaire général de la Conférence épiscopale tchèque.

«Dans un esprit d'humilité et avec un cœur douloureux, a-t-il dit, nous voulons toucher l'une des blessures les plus douloureuses de l'Église. Le corps mystique du Christ ressuscité porte lui aussi des blessures, et si nous ignorions ces blessures, si nous ne voulions pas les toucher, nous n'aurions pas le droit de dire avec l'apôtre Thomas : "Mon Seigneur et mon Dieu". Un Christ sans plaies, une Église sans plaies, une foi sans plaies, n'est qu'une illusion diabolique», a commencé Halík. «Avec confiance dans le pouvoir de guérison et de libération de la vérité, a-t-il ajouté, nous voulons toucher les blessures que les représentants officiels de l'Église ont infligées aux personnes sans défense, en particulier aux enfants et aux adolescents ; ce faisant, ils ont également infligé des blessures lentes et difficiles à guérir à la crédibilité de l'Église dans le monde d'aujourd'hui».

Selon le professeur, les cas d'abus indiquent également «la crise du clergé dans son ensemble». Cette crise «ne peut être surmontée que par une nouvelle compréhension du rôle de l'Église dans la société contemporaine» en tant qu'«école de sagesse chrétienne», «hôpital de campagne» et lieu de rencontre, de partage et de réconciliation.

 

20 septembre 2021, 16:28