Recherche

Vatican News
Manifestations de Cubains à Miami (Floride), le 18 juillet 2021 Manifestations de Cubains à Miami (Floride), le 18 juillet 2021 

Les évêques américains expriment leur solidarité avec le peuple cubain

Promouvoir l'amitié entre Cuba et les États-Unis «dans l'intérêt de la justice et de la paix»: telle est l’invitation des évêques américains, alors que le mouvement de contestation se poursuit sur l'île des Caraïbes et parmi les Cubains de la diaspora.

Dans cette déclaration parue le 19 juillet et signée par Mgr José H. Gomez de Los Angeles, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), et Mgr David J. Malloy, président du Comité pour la promotion des droits de l'homme et des droits de la personne, l’épiscopat américain se joint à l'appel lancé le 12 juillet dernier par les évêques cubains «pour rechercher une solution positive» à la crise actuelle.


Privilégier l'écoute mutuelle 

À leurs yeux, cette issue «ne peut être obtenue par des obligations ou en appelant à la confrontation», mais «en s'écoutant les uns les autres» afin d’édifier la patrie «avec tous et pour le bien de tous». L'USCCB appelle également les États-Unis à entretenir avec Cuba une paix «qui vient de la réconciliation et de la concorde entre les deux pays». Elle souligne à cet égard que depuis des décennies, la conférence épiscopale américaine, avec le Saint-Siège et les évêques cubains, s’est engagée pour «un engagement culturel et commercial fort entre les États-Unis et Cuba comme moyen d'aider l'île à atteindre une plus grande prospérité et une transformation sociale».

Les évêques américains ont en effet demandé à plusieurs reprises l'assouplissement de l'embargo américain contre Cuba, encourageant la politique de détente initiée en 2014 par l'administration Obama puis balayée par le président Trump. En janvier dernier, ils ont exprimé leur «profond désaccord» avec la décision de l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo d'ajouter le pays d'Amérique latine à la liste des États soutenant le terrorisme.


Des difficultés face à la pandémie

Les manifestations qui secouent toute l’île de Cuba depuis bientôt dix jours interviennent à un moment critique de la pandémie de Covid-19. Le nombre d'infections par habitant est le plus élevé d'Amérique latine et les structures sanitaires ne parviennent plus à faire face, comme l'a rapporté Caritas internationalis ces derniers jours. Le pays manque cruellement de médicaments et d'équipements médicaux, les agents de santé sont soumis à un stress important et prolongé depuis des mois, et les infrastructures hospitalières sont en très mauvais état. À tout cela s'ajoute une grave crise économique qui a accentué la menace de famine, et un système politique autoritaire. Divers facteurs qui ont poussé la population cubaine à descendre dans la rue dès le 11 juillet dernier. À ces manifestations, le gouvernement cubain a répondu par quelques concessions – comme la suppression des taxes sur les produits importés – mais aussi par des arrestations, dont celles de membres de l'Église catholique.

Vatican News Service - LZ

20 juillet 2021, 15:41