Recherche

Vatican News
Personnes déplacées par les combats entre rebelles ethniques et troupes gouvernementales dans l'État de Chin, où père Michael Aung Ling a été enlevé, puis libéré. Personnes déplacées par les combats entre rebelles ethniques et troupes gouvernementales dans l'État de Chin, où père Michael Aung Ling a été enlevé, puis libéré.   (AFP or licensors)

En Birmanie, le prêtre catholique arrêté par l'armée est libéré

Le père Michael Aung Ling, prêtre catholique birman du diocèse de Hakha, arrêté mercredi 16 juin par l'armée pour soutien présumé aux forces de la résistance dans la ville de Kanpetlet, dans l'État birman de Chin, a été libéré sain et sauf, ce jeudi.

Comme le rapporte l’agence Fides, le prêtre, soumis à un long interrogatoire mais non battu ni maltraité, a été libéré à condition de signer un document dans lequel il s'engage formellement à ne soutenir aucun mouvement, groupe ou individu qui s'oppose à l'armée régulière.

L'Église va poursuivre son action humanitaire

La communauté catholique de Hakha qui se trouve dans l'État birman de Chin situé à l'ouest du pays, à la frontière avec l'Inde et le Bangladesh, avait lancé un appel et une campagne de prière pour le prêtre arrêté. Elle exprime aujourd’hui son soulagement car «l'Église continuera à soutenir les faibles, les vulnérables, les sans-défense, les déplacés, dans l'esprit évangélique de compassion, de miséricorde et de charité», a déclaré un catéchiste local. 

 

Le père Michael Aung Ling, curé de l'église catholique de Saint-Joseph à Kanpetlet, remercie Dieu pour la protection dont il a bénéficié et se dit reconnaissant envers tous ceux qui, au moment critique, ont prié pour lui et exprimé leur solidarité, en demandant sa libération.

Plus de 100 000 déplacés dans l'État de Chin

Alors que les forces de résistance populaire combattant l'armée se répandent dans toute la Birmanie, entraînant le déplacement de personnes à l'intérieur du pays, les dirigeants et les représentants de la communauté catholique birmane continuent de mener des actions humanitaires en faveur de civils innocents, ce qui peut parfois être confondu avec un soutien à la résistance armée. En effet selon les militaires, le père Michael Aung Ling était soupçonné d’offrir un refuge aux jeunes résistants dans l'église de sa paroisse. 

Dans l'État de Chin, où l'armée a imposé la loi martiale le 13 mai, des combats intenses se poursuivent entre la Tatmadaw (l'armée birmane) et les forces de défense de Chinland: en raison de la réaction violente des militaires, plus de 100 000 personnes ont été contraintes de fuir dans la jungle pour trouver refuge et sécurité. Les personnes déplacées ont un besoin urgent d'aide humanitaire comme de la nourriture et des médicaments.

Le diocèse de Hakha compte 35 000 catholiques pour une population de plus de 700 000 habitants.

(Avec Fides)

17 juin 2021, 11:22