Recherche

Vatican News
Banderole de prière pour la Birmanie déployée lors du Regina Caeli du 25 avril 2021, place saint-Pierre de Rome. Banderole de prière pour la Birmanie déployée lors du Regina Caeli du 25 avril 2021, place saint-Pierre de Rome.  

Le cardinal Bo lance un mois de prière pour la paix en Birmanie

Après le sommet de l’Asean, l’associations des nations du sud-est asiatique, tenu samedi 24 avril à Jakarta, le cardinal Bo dédie le mois marial de mai prochain à la prière pour la paix en Birmanie.

Un intense marathon de prière pour la paix en Birmanie. C’est ce que souhaite le cardinal Charles Bo, archevêque de Rangoun, proposant un programme hebdomadaire. Au cours de la première semaine, l'invitation est de prier pour la paix; puis, suivront des intentions pour la justice, l'unité, le respect de la dignité humaine et, en conclusion, pour la prospérité.

Adoration, chapelet, méditation

«Les fidèles peuvent participer soit à la maison, soit à la paroisse ou au sein des communautés religieuses. Outre l'adoration eucharistique quotidienne (de 14h30 à 15h30) et le chapelet quotidien (de 19h à 20h), dans chaque église auront lieu des méditations sur les phrases de Jean-Paul II, ou encore du Pape François "Il n'y a pas de vraie paix sans équité, vérité, justice et solidarité"», a expliqué le cardinal birman. 

 

«Le monde nous dit de rechercher le succès, le pouvoir et l'argent; Dieu nous dit de rechercher l'humilité, le service et l'amour", et sur les paroles de l'Évangile, "Heureux les artisans de paix car ils seront appelés enfants de Dieu"», a-t-il ajouté.

Plus de 700 morts et 250 000 déplacés

Le cardinal Bo s’exprime très régulièrement sur la fin des violences dans le pays. Le 23 mars dernier, son appel était rejoint par douze cardinaux asiatiques. Dans une déclaration adressée aux militaires, aux politiciens, aux manifestants, à tous les chefs religieux et à l'Église, ils affirmaient se joindre à l’archeveque de Rangoun qui «conduit son peuple dans la prière à Dieu pour une résolution rapide du conflit et pour que tous voient le chemin vers une solution, en condamnant la violence militaire contre les civils innocents.»

À l'issue de la réunion de crise du 24 avril avec les autres dirigeants des pays d'Asie du Sud-Est et le chef de l'armée birmane, le président indonésien Joko Widodo a appelé la junte birmane à cesser les violences contre les civils et à rétablir la démocratie.

Depuis le coup d'État du 1er février, la répression a fait plus de 700 morts en Birmanie et un rapporteur de l'ONU a évalué le nombre des réfugiés à plus de 250 000.

 

Lors du sommet de l’Asean, plusieurs engagements ont été demandés à la junte, comme celui de mettre fin à l’usage des violences, de libérer les prisonniers politiques ou encore de promouvoir le dialogue avec toutes les parties.

 

 

26 avril 2021, 11:55