Recherche

Vatican News
Le cardinal Barbarin, ici lors de son procès en appel, le 28 novembre 2019. Le cardinal Barbarin, ici lors de son procès en appel, le 28 novembre 2019. 

France: la Cour de Cassation confirme la relaxe du cardinal Barbarin

Le pourvoi en cassation de certaines victimes du père Preynat, qui souhaitaient des poursuites contre l’ancien archevêque de Lyon pour non-dénonciation d’abus sexuels sur mineurs, a été débouté.

D’abord condamné par le Tribunal correctionnel de Lyon, en premier instance, en mars 2019, à six mois de prison avec sursis, le cardinal Barbarin avait finalement été relaxé en appel, en janvier 2020. Cette relaxe était définitive sur le plan pénal, mais le pourvoi en cassation des parties civiles aurait pu leur valoir d’éventuels dommages et intérêts si la Cour leur avait donné raison.

Ce ne sera pas le cas: la Cour de Cassation a en effet estimé que l’obligation de dénonciation n’était pas juridiquement établie, dans la mesure où les victimes de l’ancien aumônier des scouts de la troupe Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon (condamné pour sa part à cinq ans de prison ferme, en mars 2020) étaient majeures lorsque le cardinal a été informé des faits. Elles étaient donc en mesure de porter plainte elles-mêmes. 

Le retrait du cardinal Barbarin

Malgré sa relaxe, compte tenu de l’impact de cette affaire dans l’opinion publique et dans le diocèse de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin a démissionné de sa charge d’archevêque de Lyon le 6 mars 2020. Après un intérim de Mgr Michel Dubost comme administrateur apostolique, le nouveau primat des Gaules est désormais Mgr Olivier de Germay, ancien évêque d’Ajaccio, installé comme archevêque de Lyon le 20 décembre 2020.

Le cardinal Barbarin vit désormais dans le diocèse de Rennes. Bien qu’il ne soit plus en charge de gouvernement d'un diocèse, il demeure cardinal et électeur de plein droit, jusqu’à son 80e anniversaire le 17 octobre 2030.

 

 

14 avril 2021, 18:41