Recherche

Vatican News
Funérailles le 11 avril 2021 de Saw Sal Nay Muu, décédé en essayant de fuir un checkpoint des forces de sécurité birmane à Dawei. Funérailles le 11 avril 2021 de Saw Sal Nay Muu, décédé en essayant de fuir un checkpoint des forces de sécurité birmane à Dawei.  

Cardinal Bo: la Birmanie vit un Chemin de Croix de larmes

«Un véritable chemin de croix fait de sang et de larmes, de temps sombres, de ténèbres et de mort, de souvenirs douloureux, de mères qui pleurent leurs enfants». Sombre tableau brossé dimanche 11 avril par le cardinal birman Charles Maung Bo.

Plus de deux mois après le coup d'État militaire du 1er février, qui a fait, à ce jour, plus de 600 victimes, l’archevêque de Rangoun décrit la situation du pays dans un message publié le 11 avril, dimanche de la Divine Miséricorde.

Le cardinal y rappelle en particulier les «souffrances humaines» vécues par la population, se référant aux événements survenus à Myitkyina, capitale de l'État de Kachin, dans le nord du pays: là-bas début mars, sœur Ann Nu Thawng, de la Congrégation religieuse de Saint-François-Xavier, s'était agenouillée devant les forces de sécurité en tenue anti-émeute, les suppliant de ne pas tirer sur les jeunes manifestants qui protestaient pacifiquement.

L'Église, proche de la lutte de son peuple

«Le monde a regardé avec stupéfaction ce grand témoignage sacrificiel face au tsunami du mal», relève le cardinal Bo, exhortant les fidèles à prendre exemple sur ce «témoignage d'amour rédempteur». En effet, c'est, selon lui, «dans l'obscurité», que les simples actes de générosité «brillent d’une grande puissance». 


«Les bonnes actions sont nécessaires partout aujourd'hui, et le Seigneur de la Miséricorde Divine nous rappelle de ne pas avoir une foi dépourvue d'action», a ensuite insisté l’archevêque de la capitale, ajoutant que pour cette raison, «l'Église a été proche de la lutte de son peuple, appelée à l'accompagner dans le sang et les larmes» qu'il a versés.

Rechercher la miséricorde de Dieu

Renforcé donc par l'espérance de la Résurrection, le cardinal a invité les fidèles à se souvenir que «la vie naîtra de la mort» et que «Dieu peut créer des merveilles même à partir de la tombe».

Au milieu de «tous les grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, nous recherchons la miséricorde de Dieu. Les temps sont sombres, le chemin semble difficile, nous avons besoin de la lumière de la miséricorde de Dieu en Birmanie», car tel est le message du Seigneur: «le pardon face aux ténèbres, l'amour face à la haine», a enfin conclu le cardinal birman, invoquant la protection de l'amour de la Miséricorde divine sur tout le pays, afin que «le cœur de Jésus guérisse tout le monde: les opprimés et les oppresseurs.»



12 avril 2021, 10:00