Recherche

Vatican News
Une rue en Patagonie, Argentine. Une rue en Patagonie, Argentine.  

L'Église argentine s’oppose à l’extraction minière en Patagonie

L’épiscopat national affiche sa solidarité avec les évêques de Chubut et des communautés locales de Patagonie. Ces derniers contestent les intentions de la législature provinciale d'approuver un projet minier potentiellement polluant et destructeur.

«No a la megamineria», non à l’extraction minière. L’opinion publique de Patagonie, cette région qui abrite de nombreuses réserves naturelles au sud de l’Argentine, est vent debout contre un projet de développement industriel de mines de métaux.

Les autorités locales souhaitent en effet autoriser l'exploitation chimique métallifère de l'argent, du cuivre et du plomb dans certaines régions de la province de Chubut, comme Telsen et Gastre. Une décision fortement contestée par les organisations sociales et l'Église locale elle-même, qui a même obtenu le soutien de la Conférence épiscopale argentine (CEA) dans ce dossier.

Le soutien de l'épiscopat national

«Nous exprimons notre plein soutien aux évêques des diocèses de la province de Chubut, qui, avec fermeté et engagement, ont demandé à plusieurs reprises d'écouter tous les acteurs sociaux et la population de Chubut dans son ensemble, dont la plupart sont opposés au méga-projet minier, qui est sur le point d'être discuté au sein de la législature provinciale», peut-on ainsi lire dans la déclaration signée par les évêques du Conseil permanent de la CEA, dont le cardinal Mario Aurelio Poli, archevêque de Buenos Aires.

Le CEA fait également référence à la position du Conseil national de la recherche scientifique et technique, qui s'est exprimé négativement sur le projet minier.

Des risques climatiques et socio-économiques

Dans un rapport présenté par cet organisme au début du mois de février 2021, des experts mettent en garde contre le développement de méga-mines dans le bassin du fleuve Chubut, et alertent sur les risques actuels et futurs liés à l'eau en tenant compte de la crise climatique actuelle et le manque de gestion environnementale de l'eau. 

 

Les évêques argentins réitèrent l'importance du chemin parcouru ces dernières années par les diocèses de la région Patagonie-Comahue et, surtout, de Chubut dans leur réflexion sur l'exploitation minière. Elle rappelle notamment un passage du message de Noël 2009 des évêques de la région de Patagonie qui dépeint la situation socio-économique et écologique qu'impliquerait une telle exploitation, par des entreprises étrangères qui ne le feraient pas dans leur propre pays:

«Nous constatons que souvent les entreprises qui agissent de la sorte sont des multinationales, qui font ici ce qu'elles ne sont pas autorisées à faire dans les pays développés. En général, lorsqu'elles cessent leurs activités et se retirent, elles laissent un grand passif humain et environnemental, comme le chômage, des villages sans vie, l'épuisement de certaines réserves naturelles, la déforestation, l'appauvrissement de l'agriculture et du bétail local, des cratères, des collines écrasées, des rivières polluées et quelques rares œuvres sociales qui ne peuvent plus être soutenues».

Des protestations en série

Dès novembre 2020, les évêques de Chubut ont exhorté les autorités à chercher d'autres voies, et ont soulevé la nécessité d'une consultation populaire. «Les habitants du plateau doivent avoir une place particulière dans cette recherche de solutions. De cette façon, ils pourront donner leur avis et être de véritables protagonistes de leur destin», avaient-ils alors affirmé.

Le 4 mars dernier, l'assemblée législative de Chubut a suspendu la session au cours de laquelle le projet d'extraction minière devait être approuvé, en raison d'une série de protestations menées pendant toute la matinée par des groupes écologistes opposés au projet. En Argentine, État fédéral, la législation minière est du ressort des provinces.

10 mars 2021, 14:53