Recherche

Vatican News
Mgr Stefan Hesse, archevêque de Hambourg Mgr Stefan Hesse, archevêque de Hambourg  (GIULIANI/V.GIESE )

Abus en Allemagne: l’archevêque de Hambourg présente sa démission

Mgr Stefan Hesse a présenté sa démission au Pape François, tirant les conséquences de la publication du rapport sur les abus commis dans le diocèse de Cologne. Son nom apparait dans le document présenté ce jeudi.

Vatican News (avec agences)

Mgr Stefan Hesse, archevêque de Hambourg s’est exprimé dans un message vidéo sur le site du diocèse jeudi après-midi. «En tant qu’évêque et prêtre, je reconnais mes manquements» déclare-t-il. «Je n’ai jamais participé à une quelconque dissimulation» ajoute-t-il, précisant qu’il est néanmoins prêt à assumer sa part de responsabilité «dans l’échec du système».

Cette décision intervient peu après la publication le jour même du rapport sur la gestion des violences sexuelles dans l’archidiocèse de Cologne de 1975 à 2018. Mgr Hesse y a été temporairement responsable du personnel. Selon le document, il aurait violé ses obligations à sept reprises pendant qu'il était à la tête du département de la pastorale et du personnel de l'archidiocèse de Cologne. Les experts ont dénombré cinq violations du devoir de divulgation.

Erreurs commises oui, dissimulation non

Dans sa déclaration, l'archevêque de Hambourg admet désormais qu'il a «commis des erreurs» au cours de ses entretiens avec les personnes concernées dans le passé : «j'étais et je suis conscient d'avoir commis des erreurs dans le processus - car personne n'est exempt d'erreurs, y compris moi. Ce n'est que lorsque je le regarde avec le recul d'aujourd'hui que je prends conscience des erreurs que j'ai commises à l'époque.»

Dans le traitement des questions de violence sexuelle, il a «toujours agi au mieux» de ses «connaissances» et de sa «conscience», assure Mgr Hesse. Il se félicite de la réévaluation de la violence sexuelle dans l'archidiocèse de Cologne, «car les événements remontent en partie déjà à de nombreuses années», a-t-il déclaré.

Regretter les blessures

S'adressant aux victimes et à leurs familles, Mgr Hesse déclare : «je regrette beaucoup si j'ai dû causer de nouvelles souffrances aux personnes concernées et à leurs proches par mes actions ou mes omissions.»

Dans le contexte des conclusions du rapport, l’archevêque de Hambourg concède finalement sa démission : «afin d'éviter tout dommage à la fonction d'archevêque ainsi qu'à l'archidiocèse de Hambourg, je présente au Pape François ma démission et lui demande de me libérer immédiatement de mes fonctions.»

Travail de prévention à Cologne

Mgr Hesse était chef du personnel de l'archevêché de Cologne depuis 2006 et vicaire général depuis 2012. Après la retraite du cardinal Joachim Meisner en 2014, il est devenu administrateur par intérim de l'archidiocèse. C'est à lui que l'on doit la réorientation du travail de prévention de l'archidiocèse contre les abus sexuels. Il a mis en place une nouvelle unité du personnel, produit une brochure d'information et rendu les cours de formation obligatoires pour le personnel à temps plein et volontaire.

L'expertise du cabinet d'avocats Gercke/Wollschläger, auteur du rapport, attribue à Mgr Hesse le fait que l'année 2010, au cours de laquelle les rapports d'abus ont «inondé» l'archevêché de Cologne et que les responsables ont été confrontés à «une nouvelle dimension du problème», est tombée pendant son mandat de chef du personnel. En outre, compte tenu des nombreux changements juridiques, il y a souvent eu un manque de clarté sur la situation juridique.

Après une pression publique croissante, l'archevêque avait déjà informé le Vatican en novembre de l'année dernière des accusations portées contre sa personne. Avec l'offre de démission, Mgr Hesse, qui est également le commissaire aux réfugiés de la Conférence épiscopale allemande, va donc plus loin.

19 mars 2021, 09:12