Recherche

Vatican News
Le cardinal Rainer Woelki, archevêque de Cologne, lors de sa conférence de presse du 18 mars 2021. Le cardinal Rainer Woelki, archevêque de Cologne, lors de sa conférence de presse du 18 mars 2021. 

Allemagne: l’archevêque de Cologne réagit au rapport sur les abus

Le cardinal Rainer Woelki a tenu une conférence de presse après la publication d'un rapport sur les abus commis dans ce diocèse de Rhénanie du Nord-Westphalie entre 1975 et 2018.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce jeudi 18 mars, deux experts en droit pénal ont présenté un rapport d’expertise indépendante sur la gestion des violences sexuelles dans l’archidiocèse de Cologne. Ce rapport couvre la période allant de 1975 à 2018. 236 dossiers sont notamment étudiés de manière détaillée afin de désigner le plus concrètement possible les déficits et violations des droits survenus, ainsi que leurs responsables.

Immédiatement après la présentation, le cardinal Rainer Woelki, archevêque de Cologne a décidé de suspendre provisoirement deux personnes citées dans le rapport: Mgr Dominikus Schwaderlapp, évêque auxiliaire, et le vicaire judiciaire, le Dr Günter Assenmacher.

Une copie du rapport a été remise au cardinal après la présentation du rapport d’expertise par les avocats. Les avocats ont donné une deuxième copie à Peter Bringmann-Henselder, du Conseil consultatif des victimes d’abus de l’archidiocèse, qui a déclaré: «Nous, victimes, avons dû attendre longtemps, trop longtemps, cette étape de nouvelle estimation du passé. Mais aujourd’hui je suis heureux qu’au moins cette promesse ait été tenue.»

L'archevêque de Cologne souhaite établir la vérité

Après la remise du rapport, le cardinal Woelki a déclaré que les faits relatés dans ce rapport le «bouleversent profondément». «Des ecclésiastiques se sont rendus coupables de violences sur des personnes qui leur avaient été confiées. Et, dans de nombreux cas, sans être punis pour cela et - pire encore - sans que les personnes touchées par cette violence soient prises au sérieux et protégées. C'est de la dissimulation. [...] Mais une première promesse a finalement été tenue : établir la vérité sur ce qui s’est passé et ce qui se passe. Découvrir là où il y avait omerta et nommer les responsables.»

Dans les prochains jours, des discussions individuelles suivront afin de fixer les conséquences du rapport pour les responsables nommés.

Pendant la conférence de presse, le professeur Gercke, l'un des experts, a présenté la méthodologie et la structure du rapport, qui compte plus de 800 pages. Voici le bilan qu’il fait du traitement des cas d’abus dans l’archidiocèse de Cologne au cours de cette période : «Nous avons découvert un système caractérisé par un manque de responsabilité, un manque de clarté juridique, un manque de possibilités de contrôle et un manque de transparence, qui favorisait le secret et dans lequel de nombreuses personnes étaient impliquées, également en dehors de l'archidiocèse de Cologne. Par conséquent, il ne faut pas parler de "dissimulation systématique" de la part des responsables de l'archidiocèse de Cologne, mais de "dissimulation liée au système ou inhérente au système".»

Une deuxième conférence de presse sera tenue le 23 mars, après une analyse détaillée du rapport par l'archevêque de Cologne et son vicaire général.

18 mars 2021, 16:00