Recherche

Vatican News
Manifestants "pro-vie" à Varsovie le 28 octobre 2020. Manifestants "pro-vie" à Varsovie le 28 octobre 2020.   (ANSA)

Avortement: en Pologne, la campagne des mouvements "pro-vie"

Plus d'un millier de panneaux d'affichage sont apparus ces derniers jours dans de nombreuses villes de Pologne. Il s'agit d'une vaste campagne menée par les mouvements "pro-vie", qui veulent faire entendre leur voix dans le débat public sur l'avortement dans le pays.

Le 22 octobre 2020, le Tribunal constitutionnel polonais déclarait l'avortement inconstitutionnel en cas de forte probabilité de dommage grave et irréversible au fœtus ou de maladie incurable qui menace la vie, et en maintenant au contraire la possibilité d'interrompre une grossesse en cas de viol ou d'inceste. Ce jugement a déclenché une vague de protestations organisées par des groupes favorables au droit à l'avortement, qui ont même organisé des manifestations dans des églises, ce qui a retardé l'entrée en vigueur de la loi.

Choisir la vie

En réaction à ce mouvement, des affiches avec des messages "pro-vie" ont été placardées dans des dizaines de villes depuis la fin novembre: la plus explicite représente un ventre maternel en forme de cœur, à l'intérieur duquel on peut voir un bébé fœtal. Pas de sous-titre ni de slogan. Derrière cette campagne se trouve la Fondation "Our Children - Education, Santé, Foi", qui explique ainsi sa position: «Nous avons voulu que chacun puisse, en toute conscience, juger et interpréter le message qui ressort de l'affiche». En décembre, d'autres grandes affiches sont apparues avec des slogans tels que: «Je pense, je ressens, je ne tue pas», «Je donne la vie, je me soucie», «Choisissez la vie» ou «Chaque vie est un cadeau». 

 

Limiter la vie humaine «en dernier recours»

La motivation de la décision d'octobre dernier n'a été rendue publique que le 27 janvier. Il s'agit d'un document de 154 pages, qui indique notamment que «la République de Pologne garantit à tous la protection juridique de la vie» (article 38 de la Constitution) et que sa protection relève de la responsabilité des pouvoirs publics (article 30). Toute limitation de la protection juridique de la vie humaine doit être «absolument nécessaire», c'est-à-dire traitée en dernier recours. Un handicap ou une maladie incurable de l'enfant au stade prénatal ne peut donc pas déterminer automatiquement la recevabilité de l'interruption de grossesse.

Ce qu'il faut souligner, c'est que le Tribunal a déclaré que la charge d'élever un enfant gravement et irréversiblement handicapé ou en phase terminale ne peut pas incomber uniquement à sa famille, mais que la société dans son ensemble doit assumer cette charge en prenant des dispositions pour fournir à la famille toute l'assistance et le soutien dont elle a besoin.

L’exigence d’un amour héroïque

Le 28 octobre, dans un message aux Polonais délivré quelques jours seulement après la décision de la Cour constitutionnelle polonaise, le Pape François a rappelé le message de saint Jean-Paul II sur la protection de la vie: «Par l'intercession de Marie très sainte et du Saint Souverain Pontife polonais, je demande à Dieu d'éveiller dans les cœurs de tous le respect pour la vie de nos frères et sœurs, en particulier les plus fragiles et sans défense, et de donner de la force à ceux qui les accueillent et les soignent, même lorsque cela exige un amour héroïque».

Une semaine de prière en mars 2021

Mgr Gądecki, président de la Conférence épiscopale polonaise, a salué la décision de la Cour, car elle confirme que «le concept de vie qui ne vaut pas la peine d'être vécue» est en contradiction directe avec le principe d'un État de droit démocratique: «Personne en conscience ne peut refuser à autrui le droit de vivre, notamment en raison de sa maladie», a-t-il ajouté.

Du 19 au 25 mars 2021 prochain, l'Association polonaise pour la vie appelle à une semaine de prière pour la défense de la vie qui commencera le jour de la mémoire liturgique de Saint Joseph et se terminera le jour de la Sainteté de la vie, en cette année que le Pape François a voulu consacrer précisément au père putatif de Jésus.

02 février 2021, 16:14