Recherche

Vatican News
Contre-manifestation en faveur de la décision de la Cour constitutionnelle devant une église de Varsovie le 28 octobre Contre-manifestation en faveur de la décision de la Cour constitutionnelle devant une église de Varsovie le 28 octobre  (ANSA)

Pologne : les églises vont prier pour le pays secoué par les protestations

Les protestations se poursuivent dans plusieurs villes de Pologne après que la Cour constitutionnelle a déclaré l'avortement eugénique anticonstitutionnel. Dans de nombreuses églises, les croyants ont été empêchés de prier. «Désormais, une prière spéciale sera récitée dans les églises» a déclaré Mgr Artur Miziński, secrétaire de la Conférence épiscopale polonaise.

Amedeo Lomonaco - Cité du Vatican


Les protestations en Pologne ne faiblissent pas. L'Église, qui a salué la décision de la Cour constitutionnelle selon laquelle l'avortement eugénique n'est pas compatible avec la Constitution, a également été visée. Suite à la décision de la Cour constitutionnelle, les interruptions de grossesse ne seront autorisées qu'en cas de viol ou lorsque la vie de la femme est menacée. Malgré les restrictions strictes concernant la Covid-19, le pays a été le théâtre de manifestations massives contre l'arrêt du 22 octobre dernier. Les manifestants ont protesté ce mercredi dans plusieurs villes et même à l'intérieur des églises. 

La gratitude des évêques envers le Pape


Dans ce climat de forte tension qui a secoué la Pologne, la réunion du Conseil permanent de la Conférence épiscopale polonaise a eu lieu ce mercredi. Les évêques ont exprimé leur gratitude pour les paroles du Pape François qui, le matin, après une catéchèse, les a exhortés à prier pour la protection de la vie de tous, «surtout des plus fragiles et des plus sans défense». Le Pape a également rappelé la figure de saint Jean-Paul II et ses appels «pour la protection de tout être humain, de la conception à la mort naturelle»

L'Église sera toujours du côté de la vie


Dans le communiqué final, la Conférence épiscopale polonaise, soulignant la nécessité de protéger «les mères et les familles qui reçoivent et élèvent des enfants malades», met en évidence «la grande douleur» de l'escalade des protestations, notamment «le langage vulgaire utilisé par certains manifestants», «la dévastation des églises, la profanation de lieux sacrés ou l'empêchement d'y accomplir la liturgie». Des faits qui sont définis comme «troublants». La demande est d'initier un dialogue social respectueux dans lequel chacun peut exprimer son opinion «sans recourir à la violence». «Nous appelons les paroisses, les mouvements catholiques et les autres organisations ecclésiales à prendre des mesures concrètes pour répondre à ceux qui ont et auront besoin de cette aide, tant individuelle qu'institutionnelle. L'Église - soulignent les évêques - sera toujours du côté de la vie et soutiendra les initiatives qui la protègent».

Chercher une porte de sortie


«En ce moment dramatique - écrivent les évêques - nous demandons aux hommes politiques et à tous les participants au débat social d'analyser en profondeur les causes de la situation qui s'est créée et de chercher des solutions dans l'esprit de la vérité et du bien commun, sans instrumentaliser les questions de la foi et de l'Église». La conférence remercie également les prêtres, les fidèles laïcs «qui défendent courageusement leurs église» mais aussi les forces de l'ordre. «L'Église veut rester ouverte à tous, quelle que soit leur appartenance sociale et politique». Rappelant la période difficile que traverse le pays à cause du coronavirus, les évêques ont lancé un appel «à la solidarité» et au respect des normes anti-Covid, exprimant leur gratitude à tout le personnel de santé. Enfin, ils ont invité à «jeûner, faire l'aumône et prier pour la paix sociale, dans l'intention de défendre la vie, de mettre fin à la crise actuelle et au développement de la pandémie».

Protestations et prières


Dans de nombreuses églises en Pologne, les croyants ont été empêchés de prier. Et ils ont été privés par la force du droit de professer la foi. C'est ce qu'a souligné Mgr Artur Miziński, secrétaire général de la Conférence épiscopale polonaise, à Vatican News, ajoutant que dans les églises de Pologne, une prière spéciale à Dieu sera récitée par l'intercession de Marie et de saint Jean-Paul II.

29 octobre 2020, 09:43